« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. »

Sermon du dimanche 23 mai :

Révélation de Jésus Christ reçue par Gottfried Mayerhofer (en audio)


Et ce n’était plus Jésus qui parlait à ses disciples, mais c’était bien Dieu même, le Seigneur de toute la création qui adressait la parole à ses enfants. J’avais dit à mes disciples : « Moi, comme fils, et le Père dans les cieux nous sommes une seule entité, et qui me voit, voit aussi le Père ». Ces paroles restaient incomprises de mes disciples, car ils me considéraient tout au plus comme un homme doué d’une grande force de volonté en comparaison des autres hommes, tandis que de leur Dieu, dans le secret de leur cœur, ils avaient une idée totalement différente. Après ma résurrection qu’ils considéraient, selon les concepts humains, comme un fait extraordinaire, alors l’idée de ma divinité commença à se faire jour dans leurs cœurs, mais ce fut seulement au jour de mon ascension que cette idée atteignit son faîte dans la certitude, et seulement alors ils me reconnurent vraiment comme Dieu. Après avoir déposé mon corps dans le sépulcre, mes disciples erraient abandonnés et déconcertés, faisant deuil pour la perte de leur guide, et commençant presque à douter de tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et même, aussi de ma mission divine, de même arrive-t-il aussi avec l’humanité d’aujourd’hui, qui, toute entière, sans exception, croyante et non croyante, erre indécise, sans savoir s’il y a quelque chose vraiment qui soit à croire, ou bien si tout bonnement tout n’est pas à rejeter. Du reste, mes disciples aussi ne m’avaient pas du tout compris de la même façon, en raison du fait que leurs capacités de compréhension différaient les unes des autres, et tous n’étaient pas animés d’un égal zèle pour ma doctrine, et même tous n’étaient pas convaincus de ma divinité ; c’est pourquoi, même après ma résurrection, je dus moi-même accomplir parfois quelque fait extraordinaire, pour convaincre pleinement les faibles, que j’étais bien vraiment celui que j’affirmais être, et que mes paroles et ma doctrine n’étaient pas destinées seulement pour eux, mais bien pour le monde entier, pour le royaume des esprits, et cela pour l’éternité. Dans les temps actuels je dois aussi, moyennant des événements divers, réveiller sur cette terre les dormeurs, fortifier les éveillés à demi et protéger ceux qui sont éveillés, afin que la semence répandue ne soit pas étouffée par les doutes et par les subtilités sans aucun sens. De même maintenant avec mon retour, il sera fait tout effort de la part des scientifiques, des sophistes et des prêtres, pour convaincre l’humanité du contraire de ce que je lui dirai. Ne croyez certes pas que les multitudes qu’aujourd’hui vous voyez prosternées devant les autels et dans les églises qui me sont consacrées, pourront aussi facilement s’accoutumer à la pensée que je sois revenu, particulièrement quand elles apprendront où aura lieu ma première apparition, et comment auront retenti les paroles que je leur aurai adressées. Comme en ces temps, au moyen de phénomènes élémentaires et autres prodiges, il fut montré aux juifs que celui qu’ils avaient crucifié était tout autre qu’un homme ordinaire ; mais à mon retour, des événements similaires témoigneront de ma divinité. Je ne me montrerai pas à tout le peuple juif ; mais bien à un petit cercle seulement de mes vrais disciples, non seulement en tant que Jésus revenant, mais aussi en tant que Dieu d’amour, Seigneur et créateur de l’infini. Allez donc, et enseignez tous les peuples, et baptisez-les au nom de la trinité. Mais enseignez-leur aussi à mettre en pratique ce que vous-mêmes avez reconnu être vérité pour l’avoir vous-mêmes déjà pratiqué ; et alors soyez sûrs que je serai avec vous en tout temps et en tout lieu éternellement. ! Amen ! Ces nouveaux élus, « les régénérés en esprit », seront pourvus de toute puissance afin de corroborer les enseignements et les œuvres de façon à aplanir mon chemin, pour que je puisse trouver un jour, seulement des cœurs qui me soient dévoués, mon retour a déjà eu spirituellement son début quand je commençai à vous éduquer moyennant mes communications adressées à un certain nombre de disciples ; à ceux-ci ( bien que trépassés mais présent en esprit ), comme aussi à vous tous qui me reconnaissez à mes paroles, je dis : hors moi, il n’y aucun Seigneur qui puisse vous protéger vous rendre heureux, et pour votre constance vous serez richement récompensés.
« Répandez la semence dans ces cœurs qui se montrent être un bon terrain pour ce fruit, multipliez le nombre de mes fidèles, initiez-les dans la vraie compréhension de mes deux préceptes d’amour, afin qu’ils puissent distinguer le vrai du faux, et puissent opposer résistance aux doctrines erronées. » « Baptisez vos frères et sœurs avec l’esprit de la tolérance, de l’abnégation et du pardon ; enseignez-leur à être indulgents comme je le suis moi avec vous et envers tout le genre humain depuis déjà un temps immémorial ; enseignez-leur à remplacer les joies du monde, par celles de l’esprit et à ne pas négliger les béatitudes de l’éternité pour donner une vaine et mesquine chasse aux futiles biens du monde. » Afin que vous puissiez coopérer à l’œuvre de renouvellement de mon royaume spirituel qui, après ma venue, devra gouverner sur la terre. Il n’est pas nécessaire de vous dépeindre plus avant cette joie sublime, car nous ne pourrions ni la comprendre, ni la supporter ; mais qu’elle vous attende, je puis vous l’assurer, étant donné que ma parole ne trompe jamais. Déjà maintenant commence cette transformation spirituelle sur votre terre ; un intense désir de printemps spirituel soulève les cœurs oppressés ; une agitation se manifeste partout ; beaucoup néanmoins ne se rendent pas compte de ce qui leur arrive ; les uns suivent sciemment le mouvement , d’autres au contraire agissent sans but fixé ; tous cependant sont poussées vers une maturation spirituelle : même les plus tenaces matérialistes, les incrédules les plus obstinés et même la masse des indifférents, ne sont pas laissés en paix.. Comme le rayon de soleil qui par un petit trou sur un volet fermé vient frapper le dormeur, et le rend inquiet, ainsi également ce rayon d’amour, qui précède mon retour, vient frapper ceux qui dorment en esprit. Les uns veulent se soustraire à ses effets avec les subtilités de l’intellect, et avec des radotages ils redonnent pour quelque temps une apparente tranquillité à leur cœur, mais cela n’est que de courte durée, car viennent de nouveaux doutes, nouveaux parce qu’ils surgissent ; continuellement l’esprit les excite et les pousse dans son enceinte. A cette contrainte l’esprit ne peut plus se soustraire, parce que les événements et les circonstances donnent un ton à la vie, au point de faire changer tout ce qui précédemment était considéré comme leur but final, alors que l’expérience enseigne que la vie continue, et que sans cesse tous sont poussés en avant. Mes enfants, où que vous vous trouviez, ici ou dans l’au-delà, apprêtez-vous à célébrer avec moi cette fête de la résurrection de la dignité spirituelle humaine, parce qu’elle est aussi la plus importante pour tout mon immense royaume spirituel ; elle représentera seulement maintenant l’achèvement de ma mission sur la terre, et fournira la preuve que justement dans les plus petites choses je suis le plus grand. Si toute puissance n’était pas en mon pouvoir, je ne pourrais faire ce que je fais, et je ne serais pas non plus un Dieu, que précisément cette puissance élève au-dessus de toute chose créée, au point de le rendre « inatteignable » même à l’esprit angélique le plus élevé. Accueillez ces paroles, vous, petits enfants d ‘un grand Dieu, comme gage de son amour, et rappelez-vous les paroles que lui, en tant que Jésus dit un jour :
« Celui qui avec conscience administre le peu qui lui est confié, sera un jour préposé à de grandes missions ». Observez mes préceptes d’amour et suivez-les consciencieusement dans les plus petites choses, pour ainsi acquérir la plus grande force d’âme, et vous rendre mes dignes enfants, méritant d’être un jour préposés à de grandes choses, pour pouvoir répandre à une vaste échelle paix et béatitude, comme vous l’aurez appris et mis en pratique sur cette terre.
« Initiez aussi les autres dans ma doctrine d’amour, par degrés, un peu à la fois, sans hâte, afin que vous puissiez un jour, près de moi, vous rendre co-participant à la pleine béatitude de cette puissance d’amour, dont seul le divin cœur paternel est capable. » AMEN !