Qu’est-ce que l’âme ?

Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde | Qu’est-ce que l’âme ? | 17 septembre 1956

Sur de tels problèmes il règne encore une totale confusion là où ne suffit pas l’entendement de l’homme tout seul pour les résoudre, là où doit être à l’œuvre l’Esprit de Dieu dont l’Action est rarement reconnue. Mais Lui seul peut donner une réponse claire lorsque sont posées des questions qui concernent des problèmes irrésolus. Mais les résultats de telles «Actions de l’Esprit» sont mises en doute, bien que cependant elles correspondent à la Vérité. Quel que soit le genre de la question, une seule réponse sera toujours la juste, lorsque Dieu Lui-Même la fournit à travers Son Esprit à l’homme. Cependant l’«Esprit» n’est pas à confondre avec l’«entendement», parce que l’entendement peut se bouger dans une fausse direction. Il ne vous est donné aucune garantie que les résultats intellectuels correspondent à Vérité, autrement de multiples opinions et points de vue ne chercheraient pas à s’affirmer, qui tous prétendent le droit à la «Vérité», mais tous ont été conquis seulement par l’entendement. L’«Esprit» est un Rayon qui procède de l’Éternelle Vérité Même, qui donne la Lumière, c’est-à-dire la connaissance de ce que l’entendement seul accueille, pour lequel il n’est apporté aucune preuve. L’«Esprit de Dieu» maintenant fournit la très pleine conviction intérieure, l’éclaircissement sans lacune, même sans emploi particulier de l’esprit. À aucun homme il pourra être rendu compréhensible le concept d’«âme» s’il ne s’est pas déjà conquis un certain savoir spirituel, parce que l’âme est quelque chose de spirituel, elle n’est pas terrestre-matérielle et donc elle peut être expliquée seulement spirituellement. L’Âme est le fluide qui donne au corps sa forme matérielle, la vie. L’âme est le vrai «Moi» de l’homme, qui demeure dans une forme extérieure matérielle – qui ne peut pas être vue mais qui est toujours présent tant qu’une force s’exprime dans cette forme extérieure. L’homme ne serait pas un être auto-conscient si en lui l’âme n’existait pas. L’Âme est une Force une fois écoulée de Dieu, Qui l’a externalisée comme quelque chose d’essentiel auquel Il a donné une vie indépendante. Et cet être était pourvu de libre volonté et de capacité de penser. Que et pourquoi maintenant dans la vie terrestre cet être, l’âme, demeure dans le corps humain, est un savoir qui doit être connu de vous. Mais avant il doit vous être montré que l’âme est la cause du pourquoi l’homme peut penser, sentir et vouloir. En outre il doit être souligné que l’âme est la vivificatrice de tous les organismes, de toute l’activité du corps ; chaque mouvement de volonté et chaque sensation sont l’expression de l’âme qui se trouve dans le corps – qui est pour vous quelque chose de spirituel de non perceptible pour l’œil humain, et qui, si elle pouvait être vue, ressemble totalement à son enveloppe humaine extérieure. Elle est ce qui reste existant après la mort du corps, et qui ensuite peut même être vue par des âmes d’un degré déterminé de maturité qui rend possible la vue spirituelle. Donc l’âme ne peut jamais être expliquée comme une substance quelconque appartenant au corps matériel – elle est et reste une substance spirituelle, c’est-à-dire un Rayonnement spirituel de Dieu, qui sur la Terre doit s’acquitter de son but. Elle est invulnérable et éternelle, mais elle peut se distinguer d’autres âmes par le rayonnement de Lumière. Le but de la vie est d’augmenter le degré de lumière, qu’une fois elle a volontairement assombri. À aucun homme qui entreprend cela d’une manière purement scientifique, il ne lui est possible d’expliquer l’être de l’âme, parce que l’âme n’est pas quelque chose de tangible, quelque chose de pondérable avec les sens humains, mais elle est une force issue de la Force de Dieu, de l’Être qui est aussi insondable et qui Le restera, Qui cependant ne peut pas être niée par les hommes pensants. Et ainsi l’âme est aussi le vrai «Moi» de l’homme qui ne peut pas être défini, qui est et ne peut malgré cela pas être prouvé, qui assigne aux organes corporels leurs fonctions, mais qui peut aussi exister sans le corps, alors qu’un corps sans âme serait seulement de la matière totalement sans vie, bien que tous les organes soient encore inchangés. Mais il manque la Vie dès que l’âme abandonne le corps, car il lui manque ce qui met en activité le corps, ce qui stimule les organes à leurs fonctions, ce qui influe dans la libre volonté sur l’organe pensant et qui provoque chaque mouvement de volonté dans l’homme. Et cette chose qui pense, veut et sent – l’âme – se bouge après la mort dans d’autres sphères, mais toujours comme le même être qui demeurait d’abord dans le corps humain. Et pour cela elle peut même être reconnue dans le Règne de l’au-delà, mais cela suppose un degré déterminé de maturité.
Amen