Le Plan de Salut de Dieu

Le Plan de Salut de Dieu


L’Être créé le premier…. Le Porteur de lumière…. La Séparation de Dieu…. | 28 Février 1953 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Votre raison humaine ne saisit que jusqu’à un certain degré la vérité la plus profonde ; car tout ce qui est purement spirituel ne peut s’expliquer que spirituellement ; cette explication est reçue par l’esprit en vous ; ensuite, en passant par l’âme, elle est en effet transmise à la raison ; mais celle-ci est encore trop accablée par du terrestre, donc elle n’arrive pas à pénétrer suffisamment en profondeur le savoir spirituel pour pouvoir y voir clair. Nonobstant ceci, Mon esprit se manifeste en vous par l’étincelle spirituelle, et celui qui a l’amour saisira bien le sens de ce que Je lui annonce :
Ma volonté de former était immense, et Je trouvais Ma béatitude dans la réalisation de Mes idées et de Mes plans. Et cette béatitude voulait se communiquer, Mon amour voulait gratifier quelqu’un, Je voulais qu’un autre être en dehors de Moi se réjouisse de ce qui Me rendait indiciblement heureux. Je ressentais Ma solitude comme un manque auquel Je pouvais remédier à tout moment, dès que Je le voudrais…. Et Je voulais Me retrouver dans un être qui devait être relié étroitement à Moi, que Je voulais former en miroir de Moi-même, en Mon image pour pouvoir lui préparer des béatitudes infinies, tout en augmentant encore Ma Béatitude propre. Je voulais créer un tel être, et cette volonté suffisait, car Ma volonté était force, et se réalisait toujours en amour et en sagesse. L’être extériorisé était bien Mon portrait, mais il ne pouvait pas Me voir, étant donné qu’il aurait péri de béatitude s’il avait pu Me contempler, parce qu’aucun être, même s’il était Mon portrait le plus parfait, n’est jamais autre chose qu’un produit de Ma force aimante, tandis que Je suis, Moi, la force aimante même dont la force d’irradiation dépasse tout d’une manière incomparable ; pour cette raison, Je n’étais pas visible par l’être que J’avais extériorisé de Moi. Cependant, en cet être, Je M’étais créé un vase en qui Ma force aimante pouvait se déverser sans cesse, un être qui recevait donc outre mesure, par l’influx continuel de la force venant de Moi, Ma volonté de former, Ma vigueur, Ma sagesse et Mon amour. Il pouvait donc maintenant éprouver la même béatitude, il pouvait à volonté extérioriser sa force, il pouvait exercer, pour son propre bonheur, sa force créatrice, et donc accroître toujours Ma béatitude, parce que c’était Ma force qui rendait capable cet être ; et Je Me réjouissais de son bonheur….
Et maintenant un nombre infini d’êtres semblables provenait de cet être-là…. C’étaient tous des enfants de Mon amour, baignés d’une lumière éblouissante, toujours dans une suprême perfection, car il ne pouvait ressortir de l’image de Moi-même, et de Mon amour infini, que toujours du suprêmement parfait, étant donné que notre volonté à nous deux était la même, que notre amour à nous deux se retrouvait dans les êtres créés, étant donné qu’il n’y avait rien d’imparfait tant que Ma volonté et Mon amour agissaient à travers cet être créé en premier. C’était un monde d’esprits pleins de lumière, c’était un grand nombre d’esprits originellement créés…. La force venant de Moi affluait sans limites à l’être que Je M’étais élu comme porteur de la lumière et de la force…. Et l’être lui-même était plus que bienheureux…. Cependant, Je voulais encore augmenter cette béatitude-là ; Je voulais qu’il ne fût pas lié à Ma volonté, mais qu’il se manifeste selon sa propre volonté qui …. à condition que l’être soit et restât parfait…. était Ma volonté…. Car l’être, en tant qu’être créé par Moi, n’était pas capable de vouloir autrement que Moi. Mais Moi, Je voulais qu’il pût agir selon son bon plaisir…. parce que cela seulement caractérise un être divin, et Je voulais que l’amour soit si puissant en lui qu’il soit déterminant et orienté dans le même sens que Moi…. Tel était l’amour que Je voulais recevoir de Mon être premièrement créé, amour qui aurait en même temps valu à l’être la perfection suprême, de sorte qu’il n’aurait plus agi en être créé d’après Ma volonté, mais qu’il aurait joui d’une béatitude illimitée en tant qu’être entré dans Ma volonté par amour….
Mais pour passer cette épreuve de volonté et d’amour, il devait pouvoir se mouvoir dans un libre arbitre absolu. Il ne Me voyait pas, mais il Me reconnaissait, car il était dans la lumière…. Mais il voyait les innombrables êtres que sa volonté avait fait surgir, et il se sentait lui-même comme leur procréateur, bien que sachant qu’il avait reçu la force de Ma part…. Mais cet être M’enviait cette force…. Il était lui-même visible par ses créatures, et bien qu’il fût conscient d’être issu de Moi, il s’attribua le pouvoir sur ses créatures en s’imposant à elles comme source de la force, comme seule puissance qui puisse créer…. Pour ainsi dire, il donnait congé à l’amour pour Moi pour pouvoir dominer…. Un tel comportement est insaisissable pour vous autres hommes : qu’un être qui s’est reconnu lui-même puisse se perdre dans une pensée tout à fait fausse ; mais c’est le libre arbitre qui l’explique car, pour se manifester, il devait pouvoir choisir négativement, sans y être obligé.
D’un côté, le porteur de lumière et de force voyait les preuves de la force conduite à travers lui ; mais il ne voyait pas la source même de la force. Donc, il s’érigeait, lui, en maître des esprits créés, en cherchant à Me présenter à eux comme si Je n’existais pas. Il cherchait à leur transmettre sa volonté dès lors détournée de Moi…. Alors vint le moment décisif pour ces êtres de faire à leur tour la preuve de leur perfection en tant qu’êtres créés par le porteur de lumière avec la force de Mon énergie…. Ma force était dans tous ces êtres, ils étaient extrêmement lumineux, et ils brûlaient d’amour pour Moi Qu’ils ne voyaient pas, mais Qu’ils reconnaissaient tout de même. En même temps, ils aimaient leur procréateur, parce que la force qui les avait créés était l’amour, au travers de l’être premièrement créé en le rendant capable de créer…. Au moment où il fallut que cet amour se décide, il se décida pour lui-même…. Il s’installa un désarroi irréversible parmi les esprits qui se sentaient obligés de prendre une décision. Ma force aimante agissant en tant que lumière, il était bien compréhensible que la tendance vers la source de force originelle soit plus forte dans beaucoup d’êtres, et que leur amour pour celui qui se séparait de Moi diminuât, et, qu’avec une violence accrue, elle les poussât vers Moi…. Car la lumière en eux, était la conscience que Moi, J’étais l’amour de toute éternité. Il est vrai que chaque être avait cette conscience, mais il avait aussi le libre arbitre qui n’était pas déterminé par cette conscience – autrement il n’aurait pas été libre. Ainsi le monde spirituel se partagea en deux…. L’être extérieur à Moi avait ses partisans, tout comme Moi-même, bien que Je ne fusse pas visible. Mais la force originaire de Moi agissait si fortement que beaucoup d’êtres se détournaient de celui qui voulait s’opposer à Moi…. Leur volonté gardait la bonne direction, tandis que le porteur de lumière avec ses partisans donnèrent une fausse direction à leur volonté, c’est-à-dire qu’ils se séparaient de Moi dans leur volonté, et cela signifiait la chute dans la profondeur….
Ainsi, le porteur de lumière, l’être le plus lumineux extériorisé par Moi, est devenu Mon adversaire, tandis que ce qui était issu de lui, créé par la volonté aimante de nous deux, s’est tourné en partie vers Moi, en partie vers lui, selon l’ardeur d’amour dont ils étaient remplis. Car dès le moment où le porteur de lumière se fut séparé de Moi, les êtres commencèrent à ressentir un vague désir pour un pôle solidifié. Le libre arbitre commença à se déployer…. ils n’étaient pas influencés obligatoirement ni par Mon adversaire ni par Moi, ils n’étaient qu’irradiés par nos forces respectives, chacune d’elles voulant gagner chaque être pour elle. Mon afflux de force n’était qu’amour, et touchait si violemment les êtres qu’ils Me reconnaissaient, même sans Me voir, mais ils reconnaissaient en même temps le changement de volonté de Mon être premièrement créé. Mais comme ils pouvaient voir cet être, beaucoup le suivaient, c’est à dire se soumettaient à sa volonté, et donc ils aspiraient à une autre direction que la mienne. Mais d’autres êtres originellement créés se sentaient comme Mes enfants, et de par leur libre arbitre ils Me restaient fidèles, seulement leur nombre était beaucoup moins élevé. C’étaient les êtres premièrement créés issus de l’ardente volonté créatrice de Mon porteur de lumière et de la force aimante illimitée qui affluait en lui. Et cette force aimante était également propre à ces êtres et les poussait sans cesse vers Moi, car ils reconnaissaient comme fausse la volonté présente de leur procréateur, et ils se détournèrent donc de lui. Il aurait été possible aux autres êtres aussi de Me reconnaître, mais eux suivaient aveuglement celui qu’ils pouvaient voir, et leur volonté fut respectée, et Je ne l’influençais nullement, parce qu’il fallait cette décision de la volonté pour former les créatures en êtres parfaits indépendants. L’être qui M’avait quitté a fait choir dans les profondeurs avec lui une clientèle nombreuse, car en s’éloignant de Moi on aspire à la profondeur, on vise à un état complètement différent, ce qui signifie obscurité et impuissance, manque d’entendement et de force, tandis que Mes enfants restaient dans la lumière la plus éblouissante en gardant une force indicible dans la béatitude.
Après cette chute de Lucifer, du porteur de lumière, sa force fut brisée…. Il ne pouvait plus agir en créant et en formant, bien que Je ne lui retirasse pas la force, parce que c’était Ma création. C’était ses partisans qui maintenant faisait sa puissance et sa force, et sur qui il régnait en Prince des Ténèbres. Mais ils sont aussi les produits de Mon amour et Je ne les abandonnerai pas éternellement à Mon adversaire. Tant que ces êtres portent en eux sa volonté, ils lui appartiennent ; mais dès que Je réussis à tourner leur volonté vers Moi, il les a perdus, donc sa force diminue au fur et à mesure que Je délivre ses serfs de sa puissance ; mais ceci présuppose toujours le libre arbitre de l’être.
Voici le but de Mon plan de salut d’éternité qui est appuyé par tous les habitants du royaume de la lumière, par Mes anges et archanges, de la façon la plus zélée et la plus aimante ; car ce sont tous Mes coopérateurs qui s’efforcent de rendre à leurs frères déchus la béatitude que ceux-ci jadis ont gâchée volontairement…. Et cette œuvre de délivrance sera accomplie, même si cela devait prendre un temps infini pour que le dernier être déchu retourne auprès de Moi, et aussi pour que Mon être premièrement créé par Mon amour se rapproche de nouveau de Moi, poussé par son désir de retrouver Mon amour…. jusqu’à ce que lui aussi, pénétré de repentir, rentre dans la maison paternelle que jadis il a quittée volontairement….
Amen

Transformation de l’Esprit originel déchu en création matérielle | 16 Juillet 1962 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Ma Parole vous donnera toute la clarté dans Mes réponses à vos questions concernant les solutions aux problèmes que vous ne pouvez résoudre par la raison. Vous aurez la connaissance, si vous la désirez sincèrement. Vous devez être informés en vérité, car JE veux vous donner la lumière pour éclairer votre esprit afin que vous ne marchiez pas dans les ténèbres, et que votre âme en souffre. Car Je veux la sauver pour l’Éternité. Mon amour immense ne désire que le salut de vos âmes, car JE désire ardemment votre retour à notre union d’antan, qui nécessite toutefois la perfection de vos âmes.
Vous-vous êtes détournés un jour de Moi, vous étiez la perfection même, car JE vous avais créés à Mon Image, absolument parfaits, vous étiez les miniatures de Moi-même, possédant les mêmes attributs parce que votre élément originel était également Amour – parce qu’issus de l’Amour Originel qui s’était créé des réceptacles pour se propager – pour dispenser éternellement la puissance de la lumière d’amour à tous les êtres créés.
Ces esprits créés à Mon image et à Ma ressemblance étaient pur amour. Ils étaient la puissance-même de d’amour issue de Moi-même, c’étaient cependant des êtres qui pouvaient se voir et se contempler, mais qui ne pouvaient pas voir de qui ils étaient issus, parce que JE suis la puissance d’Amour-même qu’on ne peut contempler sans être anéanti.
Comme JE vous l’ai déjà expliqué souvent, JE les avais pour ainsi dire déposés comme de minuscules étincelles indépendantes, mais cela, selon un processus spirituel qui ne vous sera jamais vraiment concevable à vous les humains de cette terre.
Étant donné que ces esprits étaient indépendants, munis du libre-arbitre et disposant de la puissance de la lumière (puisque constamment irradiés de la puissance de Mon Amour), JE ne pouvais donc pas les empêcher d’abuser de leur libre volonté et ainsi se détourner de Moi lorsque le temps était venu de la mise à l’épreuve de leur libre-arbitre où ils devaient Me reconnaître comme leur Dieu et Créateur. Je ne pouvais pas les empêcher de Me renier. Ils se tournèrent vers Mon premier esprit créé : Lucifer, parce qu’ils pouvaient le voir et parce qu’il se tenait devant eux, rayonnant de beauté et de lumière. Ils refusèrent donc mon rayonnement d’Amour, ce qui a entrainé leur éloignement continuel de Moi, Qui suis Source de Lumière et de Puissance.
JE vous ai souvent expliqué ce processus, dans la mesure où il pouvait vous être compréhensible en tant qu’être humain. Mais sachez, que ces créatures issues de Moi pouvaient s’inverser en leur contraire, mais qu’elles ne pouvaient pas disparaître, et qu’elles continueront d’exister éternellement.
Ces êtres étaient amour dans leur substance originelle ce qui signifie une force active agissante, selon la loi d’éternité, et qui ne peut rester éternellement inactive.
Du fait de l’éloignement toujours plus grand de Moi (donc du refus de recevoir mon rayonnement d’amour) la substance spirituelle de Mes créatures devint sombre et dure et elles devinrent incapable d’agir, et de créer.
Je dissolus alors les esprits originels – c’est-à-dire que JE transformai ces êtres issus un jour de Ma divinité – et c’est ainsi qu’apparut la création matérielle, dans laquelle l’énergie de l’amour pouvait être de nouveau active et agissante selon Ma volonté. Vous pouvez donc dire avec raison que toute la création est constituée d’esprits originels transformés par Ma volonté – la même énergie que J’émettais sous forme d’êtres ayant « conscience de soi » était maintenant transformée en une multitude d’œuvres de toutes sortes.
Je donnais à chacune de ces œuvres une vocation bien définie, et c’est ainsi que l’esprit originel éclaté en une multitude de « Particules », passe par tous les stades de la création et Me sert selon la « loi de la contrainte »! Ce qui fait que cette énergie est active selon Ma Sainte Volonté, puisque cette énergie « doit impérativement être active et agissante selon cette loi immuable ».
N’oubliez jamais que les êtres spirituels originels étaient issus de Mon Amour qui est l’énergie de Ma toute puissance, et par conséquent – éclatés, puis réunis (reconstitués) après d’innombrables périodes d’évolution infiniment longues – l’être originel ne peut pas disparaître, mais ne peut que revenir un jour vers Moi.
A ce moment, il est de nouveau le même que lorsqu’il fut issu de Moi. Il est passé par tous les stades de la création, sur le chemin du retour vers Moi, et il effectue maintenant le dernier petit bout de chemin sous forme d’être humain et son âme peut de nouveau atteindre l’union avec Moi, s’il accepte tant soit peu d’accomplir Ma Sainte Volonté en devenant pur Amour.
Car le retour vers Moi consiste en ce que l’esprit originel renonce à son opposition, devenant lui-même pur Amour ce qui l’unira de nouveau à Moi qui suis la source de cette énergie rayonnante et qui suis la toute puissance de l’Amour. Il redevient alors une créature semblable à Dieu : ainsi l’être parfait initial fait à Mon Image, qui chuta jadis, retrouve de nouveau sa perfection absolue d’antan, et peut s’unir de nouveau à Moi et le rester éternellement.
Amen

L’œuvre de création de la « terre » | 15 Juillet 1961 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Le cheminement du spirituel par la terre s’étend sur des éternités…. Car le spirituel est devenu matière – c’est la matière dont se composent la terre et toutes les créations sur elle…. Par la volonté de Dieu, la substance spirituelle durcie est devenue matière, donc, toute l’œuvre de création de la terre en fait partie…. De même, toutes les créations dans l’univers entier sont…. de la force spirituelle issue jadis de Dieu, irradiée par Lui en « êtres », force qui s’est tellement pervertie en elle-même qu’elle a fini par n’être que substance spirituelle durcie – et s’est alors transformée en créations de toutes sortes. Pour cela il aura fallu des périodes de temps infinies, car cette « transformation » s’est aussi passée selon l’Ordre de la Loi. Ce qui est à présent visible comme « terre habitée » s’est formée durant d’innombrables phases de développement… Cela n’a pas été l’œuvre d’un instant de la puissance créatrice de Dieu…. Car le lent développement a aussi poursuivi son but…. Toujours de nouveau, des particules spirituelles décomposées ont été captées et transformées ; ce fut un processus d’une durée inimaginable avant que la terre n’eût été façonnée en une œuvre de création apte à servir de séjour au spirituel encore immature pour y mener une vie conforme à la nature, ainsi qu’il avait été prévu par l’éternel plan de salut de Dieu. Et ce spirituel avait également besoin de périodes infiniment longues pour atteindre un degré où il pouvait avoir le privilège de cheminer sur terre en tant qu’homme pour son perfectionnement ultime.
Ce dernier trajet en homme sur la terre est comme un instant, comparé à la durée éternelle du développement préalable de la terre…. C’est vrai que pour Dieu, la création de chaque forme a été l’œuvre d’un seul instant, car par Sa volonté et Sa force, Il émettait chacune de Ses pensées hors de Lui directement en ouvrage existant…. Mais la résistance du spirituel jadis déchu a déterminé la durée du temps jusqu’à sa transformation matérielle. Car Dieu ne contraignait pas ce spirituel résistant, mais Sa force aimante l’enlaçait jusqu’à ce que sa résistance s’eusse quelque peu affaiblie, pour l’envelopper alors d’après Son plan, pour lui donner ensuite des formes dans lesquelles il exécuterait alors une certaine activité, à la vérité si minime qu’encore une fois des périodes éternelles se sont passées avant que les formes ne puissent être décomposées peu à peu, et être modifiées….
La terre a nécessité un temps infini avant d’être apte à pouvoir être habitée par des créatures vivantes, et celles-ci à leur tour devaient apprêter la terre durant de nouvelles périodes infiniment longues pour qu’elle puisse être le dernier lieu de formation des hommes….. Ainsi les particules de l’âme humaine sont passées par toutes ces phases de création.…. La chute de la hauteur suprême dans la profondeur a été si infiniment longue qu’il aura fallu un temps également infini pour remonter de cette profondeur jusqu’à un degré où la conscience d’être un « Je » pouvait être restituée à l’être, afin qu’un dernier perfectionnement lui rende possible le dernier essor vers le haut. La création est arrivée à ce point, et à présent, elle héberge ce spirituel déchu dont le nombre était infini et dont le retour vers Dieu demandera également des périodes infinies, de sorte qu’une fin de la création n’est pas encore prévisible….
Mais à présent les « créations » existent, et tout ira son chemin selon la Loi…. De nouvelles particules spirituelles sont continuellement vivifiées et, à travers le constant changement de la forme extérieure, elles se développent continuellement vers le haut; c’est pourquoi on voit les créations matérielles devenir et disparaître tout le temps…. Et de la sorte, tous les ouvrages de la création se renouvellent toujours de nouveau, et servent ainsi à la maturation du spirituel qui vit en eux, et en même temps ils servent l’homme à se développer toujours en garantissant sa vie corporelle sur terre. Tant que le libre arbitre est enlevé au spirituel lié dans les œuvres de création, le développement vers le haut continue d’après la volonté de Dieu…. Ainsi, d’une manière ou d’une autre, le spirituel lié sert, et ce faisant, peu à peu il mûrit lentement…. Mais dès que le spirituel chemine sur la terre en tant qu’être humain, il est de nouveau en possession du libre arbitre, et alors…. au lieu de monter…. il peut aussi bien rester immobile, ou reculer de nouveau. Pendant la dernière phase de son développement, il peut manquer à sa mission…. Et ce recul peut avoir pour conséquence que le spirituel dans l’homme…. son « âme » ou « l’esprit originel jadis déchu »… se durcisse de nouveau dans sa substance spirituelle, comme il l’avait fait avant, avec comme conséquence nécessaire une nouvelle désintégration de l’âme en d’innombrables particules qui nécessiteront un passage réitéré par les créations matérielles de la terre…. et ce nouveau processus demande que des œuvres de création de toutes sortes soient de nouveau désintégrées et modifiées…. et ce processus peut être qualifié de terminaison d’une époque terrestre, et début d’une autre.
Et voilà comment vous autres les hommes vous devez tenter de vous expliquer qu’en des époques de temps fixées par Dieu, ce genre d’actes violents de transformation se produise sur l’œuvre de création « terre » ; ils sont toujours fondées sur l’amour et la sagesse de Dieu, et ne servent toujours qu’à la rédemption du spirituel jadis déchu…. Et vous devez toujours penser à de telles Interventions de la part de Dieu, lorsque les êtres humains ne reconnaissent plus le vrai but de leur existence, lorsqu’ils n’emploient pas leur vie terrestre à la maturation de leurs âmes pour l’ultime perfectionnement, Car ceci est le seul but de toute œuvre de création : de secourir l’âme de l’homme pour lui permettre d’atteindre la maturité, de l’aider à redevenir ce qu’elle a été au commencement :…. un être suprêmement parfait issu de l’amour de Dieu, mais qui, de son libre arbitre, a fait défection de Lui… Il doit retourner vers Lui, et Dieu Lui-même lui a préparé le chemin du retour qui le reconduit à Lui en passant par toutes les créations de cette terre….
Amen

Création de l’homme – Le Péché | 31 Octobre 1953 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Comme vous le voyez maintenant, il a fallu un temps infiniment long à l’esprit déchu pour s’élever, et il a fallu également un temps infiniment long à chacune de Mes créations (qui devaient se développer en même temps que l’esprit contenu en elles) pour inclure en elles toujours plus d’esprit mature. De nouvelles formes se créaient sans cesse ayant chaque fois une nouvelle vocation particulière.
Cela vous montre bien que la création de la terre ne s’est pas faite en un seul instant, mais il se passa de très nombreuses longues périodes évolutives jusqu’à ce que l’esprit, à des degrés divers de maturité, prenne la forme correspondante, parce que la maturité sans cesse croissante nécessitait chaque fois une nouvelle création.
Tant que l’esprit était conditionné par la loi de la contrainte, mon œuvre créatrice était la création de la terre comme station de maturation pour l’esprit déchu, et devait lui permettre de parvenir à la maturité, permettant à l’esprit déchu de recouvrer le libre arbitre qu’il avait jadis galvaudé.
Il a fallu créer sans cesse une forme nouvelle pour cet esprit devenu mature, de manière à ce que le libre arbitre puisse être mis de nouveau à l’épreuve, et ce fut la création de l’homme qui se différenciait des précédentes créatures par la dotation d’un intellect, d’une pensée et d’une raison avec la conscience de soi-même ainsi qu’un langage lui permettant de communiquer avec ses semblables, rendant ainsi possible l’épreuve du libre-arbitre au travers de l’existence commune.
La forme extérieure de l’être humain était déjà incluse au dernier stade dans la loi de la contrainte, et destinée à incorporer un nombre incalculable de substances d’âmes mûres. Toutefois, ces êtres vivants agissaient encore sous la loi de contrainte comme la loi de la nature l’exigeait et n’étaient donc pas responsables de leur comportement. Ils n’étaient capables de penser que dans une toute petite mesure, mais ils étaient en tant que réceptacle d’esprit lentement mûri, également des créatures que Mon amour et Ma sagesse avaient formées pour cet esprit. Seuls, les êtres vivants dotés du libre-arbitre, de la raison et de la conscience de soi-même étaient à considérer comme des êtres Humains.
C’est alors que Mon Plan de Spiritualisation entrait en vigueur et celui-ci exigeait que les êtres – les hommes – soient instruits par Moi, et qu’ils utilisent leur faculté de penser, leur raison et leur libre-arbitre selon Mon enseignement. C’est ainsi que forts de leur volonté, ils pouvaient vivre et agir sur terre, ils pouvaient devenir des dieux. Mais ils pouvaient aussi s’opposer à Ma volonté et à Mes enseignements et retomber dans les ténèbres d’où ils étaient sortis.
C’est ainsi que J’ai créé l’homme. Je donnai à l’esprit ayant atteint un certain degré de maturité une forme conforme à Mon amour et Ma sagesse et Je lui donnai aussi une vocation. La forme ne devint un être vivant que lorsque l’esprit l’habita (composition d’un nombre incalculable de particules, qui en tant qu’ »âme » de la forme, lui donna la vie).
L’esprit est continuellement une force agissante ; il était, certes, emprisonné pendant tout le temps de l’évolution et par conséquent incapable d’agir librement, mais dans sa dernière forme, en tant qu’Homme, il peut de nouveau agir. Il peut développer sa propre puissance et l’accroître à l’infini par l’union avec Moi.
Les premiers hommes disposaient de la puissance de Mon énergie d’Amour sans mesure. Ils étaient merveilleusement dotés, parce que leur vie à l’essai sur terre, devait les amener à se spiritualiser complètement, leur permettant d’abandonner leur revêtement charnel sans appréhension, et de revenir à la MAISON DU PÈRE en tant que Mes véritables enfants.
Cependant, ils devaient subir une mise à l’épreuve de leur libre arbitre comme tous les êtres créés. Et, leur réussite aurait considérablement aidé leurs successeurs à atteindre le but final.
Avec les premiers hommes, Je M’étais créé des êtres qui, malgré leur insuffisance (c’est-à-dire leur ignorance due à la perte de lumière occasionnée par leur chute), pouvaient atteindre néanmoins la connaissance d’un Créateur puisqu’ils pouvaient se reconnaître eux-mêmes en tant que créatures, et par conséquent reconnaître Ma Sainte Volonté et l’accomplir grâce à leur faculté de penser et de leur libre arbitre. Je Me suis créé des êtres de qui Je pouvais Me faire comprendre, malgré l’abîme qui nous séparait, ce qui était auparavant impossible dans l’état du non libre-arbitre.
Donc l’homme était la première créature terrestre renfermant l’esprit originel déchu, avec la possibilité de retrouver son état originel, afin que esprit de nouveau libre puisse agir en union intime avec Moi. Cela était la vocation des premiers hommes créés, et demeure celle de tous les hommes jusqu’à la fin, jusqu’à la spiritualisation complète de tous les esprits déchus. La mise à l’épreuve à laquelle le premier homme était soumis n’était pas tellement difficile. Toutefois, Mon adversaire avait aussi le droit de l’influencer. Et l’homme succomba. Il se détourna une deuxième fois de Moi. Ce fut le premier péché sur cette terre. Le péché que l’humanité connait, même si elle ignore celui de la première chute de l’esprit. Cependant celle-ci explique tout, car le premier homme n’aurait pas péché s’il avait été Ma première créature tangible, celle qui aurait été en pleine possession de la lumière et de la puissante énergie de l’amour originel, puisque seule la perfection peut sortir de Moi. Dès lors, aucune force adverse n’aurait pu l’influencer. Mais la cause de son péché réside dans la chute originelle de l’esprit, donc de l’âme immature de l’homme qui devait faire ses preuves, mais n’y était pas contraint.
L’Homme possédait la raison et le libre-arbitre, une responsabilité vis-à-vis de son âme ; il fallait donc qu’il paie. Mon adversaire garda le pouvoir sur l’esprit incarné en tant qu’homme, ce qui signifie pour chaque homme, un pénible passage sur terre, lutte et souffrance, avec pour but d’échapper à sa puissance. Un but que l’homme peut désormais atteindre, parce que JÉSUS CHRIST est venu aider l’homme affaibli par le péché d’Adam, et la rédemption est acquise pour chacun de ceux qui Le reconnaissent et Le suivent comme FILS DE DIEU, LE REDEMPTEUR DE L’HUMANITE ET DU MONDE MATERIEL.
Le premier homme aurait pu construire le pont sur lequel ses descendants auraient pu Me joindre. Mais comme il fauta, l’humanité dût rester encore longtemps sous la domination de Satan, jusqu’à ce que LE REDEMPTEUR ET SAUVEUR – JÉSUS CHRIST – vint sur terre, établissant un pont avec le royaume spirituel, par Sa souffrance et Sa mort sur la Croix.
La décision qui fut demandée à Mon premier esprit créé – Lucifer – n’était pas du tout à considérer comme un commandement, mais bien au contraire, il fut laissé entièrement libre d’orienter sa volonté, mais celle-ci ne visait uniquement que le pouvoir et la domination. Il était parfaitement conscient d’être issu de Moi, mais parce qu’il ne ME voyait pas, il croyait être seul à régner. Pourtant il était conscient de son origine en MOI, MAIS IL NE VOULAIT PAS ME RECONNAÎTRE. Et cette volonté d’opposition et de reniement ne provenait pas de Moi, mais bien de lui-même, de son libre-arbitre dont Je l’avais doté.
Voilà la différence entre la première chute de Lucifer et le péché du premier homme. – car celui-ci portait encore en lui le libre-arbitre dévoyé. – C’est pourquoi JE lui donnai un commandement à respecter – un commandement qu’il lui aurait été facile de tenir si l’esprit de l’adversaire ne l’avait pas influencé – or, cette influence était encore très forte en lui parce qu’en somme, il lui appartenait encore – donc un commandement à respecter, parce que l’âme n’avait pas encore atteint sa maturité parfaite qui aurait rendu la chute impossible.
Un homme parfait n’aurait pas pu chuter. Il aurait été incapable d’outrepasser ce commandement, car l’esprit parfait en l’homme l’aurait empêché de faire quoi que ce soit contre Dieu. La création de l’homme fut le RÉSULTAT DE LA CHUTE DE LUCIFER ET DE SES PARTISANS, car JE n’avais vraiment pas besoin de donner une forme à l’esprit, appelé par Moi à la vie.
La forme de l’homme renfermait donc l’esprit déchu. Aussi Adam était déjà pénalisé par le péché qu’il aurait pu pourtant maîtriser et annihiler s’il avait respecté Mon commandement – il lui aurait été alors possible de s’acquitter de la dette originelle. – Hélas, sa chute retarda pour longtemps le retour de l’esprit déchu vers Moi – retour rendu pourtant possible par l’ŒUVRE RÉDEMPTRICE DE L’HOMME JÉSUS QUI, sans un tel commandement de Ma part, a fait ce qu’Adam aurait dû faire : c’est-à-dire accomplir entièrement Ma Sainte Volonté par une vie consacrée à l’amour, et s’unir de nouveau à Moi pour atteindre pleinement de nouveau la lumière et la puissance de l’Amour originel.
Amen

Comment interpréter la chute du premier homme ? | 01 Juillet 1965 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Je vais répondre à toutes vos questions d’ordre spirituel. Mais il faut d’abord que vous sachiez que ce n’était pas dans Ma Sainte Volonté que vous ayez une vie si pénible. Je Me serais contenté de la durée de votre séjour dans la loi d’obligation, c’est à dire sans le libre-arbitre, car cette période infiniment longue aurait suffi pour que vous puissiez vous unir de nouveau à Moi. Mais il fallait que J’exige la dernière mise à l’épreuve de votre libre-arbitre, en tant qu’être humain, doté de la conscience de soi-même.
Vous n’aviez qu’à vous en remettre volontairement à Moi, et vous auriez ainsi effacé l’immense péché de votre chute. Votre amour pour Moi aurait fait ses preuves, vous qui vous étiez détournés jadis de Mon Amour. C’est pourquoi la création des premiers hommes était bonne. Ils M’étaient soumis en amour, car Je les avais dotés merveilleusement de tout ce dont ils avaient besoin, Je leur donnai la terre, tout leur était soumis, et ils Me reconnaissaient comme leur Dieu et Créateur, ils étaient entourés de merveilles. Ils pouvaient s’en réjouir, tout était fait pour qu’ils puissent Me chanter et Me louer, et M’offrir un amour ardent.
Ils ne portaient en eux-mêmes aucune mauvaise pensée, cependant, comme pour l’esprit originel issu de Moi, il fallait que Je leur donne aussi le libre-arbitre sans lequel ils n’étaient que des robots. Et parce que jadis ils se détournèrent de Moi pour suivre volontairement Mon adversaire dans sa chute, celui-ci avait donc le même droit d’influencer les premiers hommes. Car la volonté du libre arbitre devait décider de suivre Lucifer ou de Me suivre.
Et ils échouèrent dans cette épreuve qui était pourtant facile pour eux, et par la même occasion toutes les mauvaises tendances se réveillèrent. Tendances qu’ils avaient déjà surmontées avant d’être homme. Les archétypes transmirent leur façon d’être à leurs descendants, et il leur était de plus en plus difficile de se libérer de l’emprise de l’adversaire. Si les premiers hommes avaient réussi l’épreuve du libre- arbitre, – ce qu’il leur aurait été facile – Je Me serais contenté du précédent chemin infiniment long – ce qui était facile pour eux – et leurs descendants auraient pu M’offrir à nouveau leur amour délibérément. Ils ne seraient passés sur terre que pour se réjouir de la création, ils n’auraient eu qu’une bonne influence sur elle, de sorte que chacun d’eux aurait pu devenir rapidement un être humain et la vie sur terre n’aurait plus été qu’un avant-goût de la félicité éternelle. La puissance de l’adversaire aurait été annihilée, parce que les premiers hommes se seraient consciemment abandonnés à Moi, excluant complètement l’adversaire qui n’aurait pu utiliser sa puissance, ce dont il serait devenu conscient et redevenu humble et se serait incliné devant la puissance de Mon amour.
Il n’a été demandé aux premiers hommes que de se laisser irradier délibérément par Moi et le péché originel aurait été effacé. Car seul, l’amour pouvait effacer le péché. Et celui-ci se renouvela. Ce qui était tombé avant uniquement sur l’esprit déchu, retomba alors sur toute l’humanité. Ce qui aurait été facile d’obtenir par les premiers hommes s’ils avaient bien orienté leur volonté, devint alors infiniment plus difficile, parce que tous les attributs sataniques s’installèrent en l’homme, ce qui exigeait une force beaucoup plus considérable pour lutter contre eux, et la volonté de l’homme ne pouvait plus y parvenir.
C’est alors que l’ŒUVRE RÉDEMPTRICE DE JÉSUS CHRIST devint indispensable, et c’est ainsi que l’Amour originel, source de vie et de lumière s’offrit volontairement par Amour pour souffrir et mourir sur la croix pour effacer ce double péché que constitue la violation de la Loi éternelle de la vie. Je savais depuis le commencement que ce second péché aurait lieu, aussi Ma miséricorde ne voulait pas que les hommes suivent un tel chemin de souffrance et de douleur, mais Je ne pouvais pas supprimer la liberté de la volonté. Et comme Je savais qu’un jour tous les êtres déchus reviendraient à Moi – du fait que mille années sont pour Moi comme une seule journée – et qu’il s’agissait de la vie éternelle dans la félicité, (ce que vous ne manquerez pas de découvrir un jour) cela doit vous donner la force et une espérance capable de surmonter toutes les épreuves. Et dès que vous serez libérés de toutes vos souffrances, vous deviendrez des êtres parfaits et entrerez en possession d’une félicité qui compensera toutes vos douleurs passées, et qui ne peut être comparée ici-bas.
Vous ne devez jamais oublier que ce n’est pas Moi qui ai provoqué l’indescriptible souffrance que les hommes se sont attirés eux-mêmes depuis la chute, que J’ai donné vraiment toutes les possibilités aux premiers hommes pour réussir l’épreuve du libre-arbitre, que Je ne leur ai donné qu’un commandement facile à respecter, qu’ils auraient pu facilement accomplir si leur amour avait été assez fort pour les diriger, afin qu’ils se confient entièrement à Moi, et qu’enfin leur amour ardent aurait pu fortifier les générations suivantes et celles-ci auraient alors pu résister à toutes les tentations de Mon adversaire. Hélas, la deuxième chute se produisit, accablant de nouveau tous les hommes jusqu’à l’arrivée de JÉSUS-CHRIST, le divin rédempteur, pour combattre ouvertement Mon adversaire. Car celui-ci abusa de son pouvoir, dans la mesure où il incita les hommes à un égoïsme effréné, ce qui faisait disparaître l’amour, et affaiblir leur volonté, de sorte que sans l’œuvre rédemptrice, ils n’auraient jamais pu se libérer, mais au contraire sombrer de plus en plus bas dans les ténèbres.
J’opposai alors une limite à cette action – J’envoyai Mon Fils sur terre POUR SAUVER LES HOMMES QUI VOULAIENT BIEN SE LAISSER SAUVER. Car, de nouveau, il fallait que la volonté de leur libre-arbitre soit d’accord pour accepter les grâces de la rédemption. Car celle-ci ne pouvait agir sans l’accord de l’homme. Car dès le commencement du passage dans les créations de la terre, cela devait suffire à l’épreuve de la volonté du libre-arbitre de l’homme, car chaque âme avait déjà assez mûri par les nombreuses souffrances endurées dans la loi de la contrainte, de sorte qu’elle aurait pu résister facilement à la tentation, cependant, la chute du premier homme rendit de nouveau à l’adversaire le pouvoir sur les âmes, pouvoir dont il se servit de manière sordide.
C’est pourquoi un esprit originel capable de résister à l’adversaire fut choisi pour le premier homme, mais il ne pouvait être contraint. Il devait rester libre de penser et d’agir, et mon adversaire en profita pour orienter cette volonté vers lui, ce qui provoqua la nouvelle chute des esprits envers Moi. Ce droit de Mon adversaire ne pouvait pas lui être refusé, du fait que la première chute eut lieu de façon délibérée, et qu’ils le suivirent volontairement dans les ténèbres.
Vous ne pouvez donc pas prétendre que J’ai voulu cette deuxième chute pour vous plonger de nouveau dans la misère et la souffrance. Cependant Je ne pouvais pas empêcher cela, parce que cela se produisit délibérément, et que cette volonté changera un jour à Mon avantage, c’est-à-dire que vous sortirez assurément un jour de cet état qui ne peut qu’éveiller la pitié, PARCE QUE MON AMOUR VOUS A LIBERÉ, dans la mesure qu’il s’est incarné en la personne de JÉSUS, pour combattre l’adversaire, et lui retirer les âmes qui veulent bien revenir dans LA MAISON DU PÈRE – leur vraie patrie – qu’elles abandonnèrent jadis de leur plein gré. Car mon amour est immuable, il vous appartient comme auparavant, et toutes les souffrances auront une fin, dans la mesure où vous voulez bien vous libérer de celui qui vous enchaîne encore, et dans la mesure où vous vous languissez de Moi, et Me donnez ainsi le droit de prendre possession de vous de nouveau, et de rester éternellement dans la maison originelle de votre Père Céleste.
Amen

Pour comprendre ce que c’est que l’œuvre de rédemption…. Pour pouvoir reconnaître Jésus Christ comme « rédempteur »…. Il faut savoir ce que c’est que la culpabilité originelle…. | 26 Mai 1964 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Il y a une chose qui vous manque, à vous autres hommes, c’est de savoir ce qu’était la chute originelle ; par conséquent, vous considérez l’œuvre de rédemption de Jésus Christ comme une œuvre d’expiation qui ne serait offerte que pour vos péchés humains ; vous Lui contestez même d’avoir accompli l’« œuvre de rédemption » parce que…. vous croyez…. que c’est à chacun de payer tout seul sa dette jusqu’au dernier sou. Ce serait une opinion compréhensible s’il ne s’agissait que d’une culpabilité dont vous vous seriez chargés en tant qu’hommes…. Cependant, il s’agit du grand péché originel qu’est la défection de Moi des esprits…. C’est donc une dette…. que vous ne seriez jamais à même d’annuler, et qui ne peut d’aucune façon être niée : ce fut le motif de toute la création, et la cause de Ma venue en tant qu’homme en Jésus.
Car la défection de Moi était motivée par le fait que les êtres créés ne pouvaient pas Me voir, et c’est pourquoi Je Me suis fait visible en Jésus. Celui qui ne fait valoir que le péché d’antan du premier homme considérera comme incroyable qu’il ait fallu un « rédempteur » pour annuler ce péché-là, il s’en tiendra à ce que l’humanité ne pouvait pas être punie pour un péché qu’elle n’avait pas commis. Et de même les péchés que l’homme commet comme tels seraient bien une infraction à Mon amour…. mais qu’ils ne reconnaissent pas dans leur état de manque de lumière qui n’est que la conséquence de ce grand péché originel. Mais ce péché-là explique tout, et tant que les hommes ne savent rien de cet évènement de la défection des esprits, il leur est donc difficile de croire en « un rédempteur divin » Qui est mort à la croix pour cette grande culpabilité sous les pires douleurs et tourments acceptés par Lui-même pour M’offrir le sacrifice de réparation. C’est pourquoi toute doctrine niant le rédempteur divin, c’est-à-dire niant le principe de rédemption…. devra être réfutée comme erronée, même si elle aiguillonne Son activité comme propagateur de la doctrine divine d’amour. Il s’agit de la rédemption de la culpabilité originelle que Moi Seul pouvais accomplir en l’homme Jésus, ce qui explique pour vous Ma venue en tant qu’homme en Lui, car Je suis Moi un être qu’aucune de Mes créatures ne pourrait voir sans périr.
Si Je voulais donc que vous puissiez M’imaginer comme visible, il fallait que ce soit sous forme d’un être identique à vous Qui était pour vous l’homme Jésus. Il faut donc, premièrement, connaître l’évènement de la défection de Moi des êtres (spirituels), pour alors saisir le processus de la création du monde visible. Alors, on comprendra aussi la lutte persistante entre lumière et ténèbres, et puis la venue d’un sauveur de l’humanité en Jésus Christ…. un esprit originel non déchu…. en Qui Je Me suis incorporé Moi-même, étant donné que vous ne pouviez vous faire aucune idée de la « force créant tout ». Et c’est pourquoi vous pouvez, et qu’il vous faut, reconnaître un rédempteur Qui, pour la culpabilité de tous, est mort sur la croix et a demandé (et obtenu) le pardon de votre culpabilité pour vous autres hommes, pardon qui ne peut pas vous être accordé d’un seul coup, mais qu’il faut que vous le Lui ayez demandé vous-mêmes, parce que la chute est survenue par libre arbitre et que pour cette raison le retour à Lui doit avoir lieu par libre arbitre. Il n’est pas besoin de douter de ce que, à côté de la culpabilité originelle, les péchés de l’homme seront pardonnés également, afin que toute dette soit annulée et que donc le pardon soit sûr.
Mais de même que Jésus n’est reconnu comme rédempteur que rarement par les hommes vu que ces enseignements erronés le voient seulement comme un homme, et maître monté au Ciel, de même ils ne veulent pas reconnaître Ma venue en tant qu’homme en Lui, et ne Le prient pas de leur pardonner tous leurs péchés. Car il n’y a qu’Un Seul qui puisse les délivrer de leur faute ; le pouvoir d’écrire tout péché dans le sable ne revient qu’à Un Seul…. Qui est Jésus en Qui Je suis devenu homme Moi-même….
Amen

Le Péché originel…. | 29 Mai 1954 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Des questions doivent toujours surgir de nouveau en vous, questions auxquelles vous désirez des réponses, alors Je peux vous éclairer dès que vous vous mettez en contact avec Moi, dès que, M’ayant adressé une prière ardente, vous écoutez ce que Je dis…. en considérant les pensées surgissant maintenant en vous comme Ma réponse, à moins que Je vous adresse Ma réponse directement par la voix de l’esprit. Ce sont votre désir et votre appel à Moi qui vous assureront une pensée correcte…. mais sans Moi, vous ne vous trouverez pas la vérité, sans Moi, votre aspiration à une élucidation sera vaine car sans Moi, vous ne serez rempli que d’idées erronées que peuvent vous communiquer les forces d’en bas…. justement parce que vous M‘écartez, Moi Qui suis le donneur de la vérité….
Et ainsi Je vous informe comme suit : tant que vous n’êtes pas parfaits, vous ne pourrez recevoir que des élucidations métaphoriques…. Vous ne pourriez jamais saisir les profondeurs infinies de la sagesse divine, vous ne comprendriez jamais les motifs de Ma manière d’agir et de régner, étant donné que votre imperfection signifie aussi l’insuffisance de la force de connaissance, de sorte que par la force de votre intelligence, vous ne trouverez pas d’explication…. mais dès l’instant où, au royaume spirituel, la lumière de Mon amour vous pénétrera, cette explication peut vous atteindre aussi vite que l’éclair. Sur terre il vous faut des éclaircissements métaphoriques, les processus qui se sont déroulés dans Ma création ne peuvent vous être expliqués que selon votre faculté de compréhension…. Ainsi, les processus dans les cœurs des premiers hommes ne peuvent vous être rendus compréhensibles que par des évènements terrestres qui en eux ne sont que de faibles parallèles…. en raison de la faiblesse persistante de vos esprits…. Vous autres les hommes vous êtes encore liés par des lois naturelles, car il vous faut acquérir de nouveau, par votre vie terrestre, la liberté totale gâchée par votre défection antérieure…. J’ai imposé aux premiers hommes une limitation de leur volonté parce que Je voulais que pour la première fois ils comprennent qu’ils étaient sujets d’une puissance et qu’ils devaient s’assujettir à cette puissance de leur propre gré…. pour pouvoir recevoir en cadeau alors leur liberté définitive. Jadis ils n’avaient pas voulu Me reconnaître et cela avait été le péché premier, la rébellion contre Moi Dont ils étaient issus…. La reconnaissance seule dans la libre volonté ne pouvait remédier à ce premier péché. C’était cette reconnaissance de Moi-même que Je voulais obtenir en faisant surgir l’ensemble de la création. Voilà pourquoi les premiers hommes étaient pourvus de sorte qu’ils pouvaient Me reconnaître, mais ils n’y étaient pas forcés…. Il fallait donc que la bonne volonté décide en s’éprouvant encore une fois dans une «tentation»….
Il fallait qu’ils jettent leur dévolu sur quelque chose qu’ils désiraient, et il fallait qu’en même temps, une défense et un appât les poussent à une décision de volonté…. Et, cela est compréhensible il fallait que l’appât soit relié à une promesse à laquelle ils devaient maintenant résister…. La défense et l’appât venaient de deux côtés…. parce qu’il s’agissait pour le déchu : ou, de retourner à Moi, ou, de rester auprès de Mon adversaire ; d’atteindre le but de ce que J’avais créé ou de déchoir de nouveau dans la profondeur…. Et par conséquent, il fallait poser à l’intérieur de l’homme la convoitise, reliée à la possibilité de satisfaire cette convoitise…. ou bien de la surmonter pour un but beaucoup plus noble : la béatitude éternelle auprès de Moi surpassant mille fois cette satisfaction terrestre de la convoitise. Vu que la récupération des êtres spirituels renégats était une lutte entre Moi et Mon adversaire, il fallait que celui-ci eût également la possibilité d’influencer la volonté de ces êtres…. Pour cela il simulait des biens illusoires et un bonheur illusoire pour que les hommes se privent du vrai bonheur, de la vie éternelle bienheureuse…. Je connaissais cette tentation, et Je donnais donc aux premiers hommes un commandement, accompagné d’une mise en garde d’éviter la mort éternelle…. Et cette mise en garde aurait dû suffire pour étouffer toute convoitise des hommes pour ne pas perdre la vie…. Mais Mon adversaire les convainquit du contraire de Ma mise en garde…. Il leur promettait la vie…. Cependant ils Me reconnaissaient comme puissance suprême, et pourtant ils obéirent au mensonge…. Et ils introduisirent ainsi la mort dans le monde…. Mais qu’est-ce qui rendait leur convoitise si puissante qu’ils succombèrent à cette convoitise ?
Au paradis, ils avaient vécu une vie bienheureuse, ils étaient maîtres de toutes choses créées ; tout était soumis à leur volonté, et ils se sentaient heureux dans la pleine possession de force et de puissance. Aussi, un amour sincère reliait les hommes créés les premiers, et seulement en vertu de cet amour, ils auraient pu se racheter eux-mêmes des chaînes de Mon adversaire. Et tant que cet amour Me visait ainsi que le partenaire, il n’y avait pas de risque de rater l’épreuve de volonté.
Pourtant, Mon adversaire a su dévier cet amour…. Il l’a inversé en égoïsme en leur faisant de fausses promesses, ce qui a enflammé en eux la convoitise de se procurer des délices eux-mêmes…. Ainsi, leur amour a changé en amour exigeant, égoïste et bas, et ainsi, ils rentraient au pouvoir de celui dont ils auraient dû, et aussi pu, se délivrer en voulant plus Mon commandement que leur désir.
Comprenez bien vous les hommes…. Le temps n’était pas encore venu où Je voulais bénir le premier couple humain…. C’est pourquoi il a péché…. Car rien n’est péché dans ce qui s’adapte à Mon plan de création, rien ne peut être péché dans ce qui se fait dans l’Ordre de Ma Loi…. Et jamais le procédé d’engendrer ne peut être contre l’ordre voulu par Dieu. Mais satisfaire les sens sans vouloir procréer la vie, ce n’est pas agir avec amour – qui est divin – mais c’est un égoïsme attisé par Mon adversaire avilissant l’homme et le poussant entièrement dans son pouvoir…. A cet amour faux les premiers hommes avaient succombé, et cet amour faux était le péché rappelant de nouveau le péché originel de l’arrogance….ils ne voulaient pas se donner en cadeau, mais tout posséder de ce qui était le bien héréditaire de leur procréateur…. et cela n’a rien en commun avec l’amour divin….
L’amour divin repose dans vos cœurs comme une étincelle, et peut s’enflammer d’une ferveur ardente…. Mais c’était, et c’est, le but de Mon adversaire de pervertir cet amour, et il y est arrivé. Ce qui a été pur, divin, a été souillé et changé en un amour du moi qui ne mérite plus le concept d’«amour» et ne peut qu’être appelé convoitise, égoïsme et amour-propre, et qui est ainsi apte à faire tout ce que Mon adversaire exige de vous…. Et ainsi, pour Mon adversaire, l’acte de reproduction est devenu un moyen de se procurer des âmes innombrables, ce qui n’aurait jamais été possible s’il avait eu lieu sous Ma bénédiction…. car le but de l’amour divin est de donner et de rendre heureux et il aurait dû être couronné par la naissance d’une vie nouvelle…. Donc le péché d’Adam et d’Eve consistait en l’abandon de l’amour pur et divin pour un amour impur et égoïste….
Par l’influence satanique, l’étincelle divine dans l’homme a été éteinte et remplacée par un feu auquel tout ce qui était noble et pur a été sacrifié…. Les sens ont été fouettés, et poussés à une avidité extrême, ce qui ne correspondait en aucune façon à Mon acte de création…. mais cela n’a pas été empêché par respect du libre arbitre de Mon adversaire et aussi de Mes créations…. parce que chaque homme est toujours libre de résister à cette tentation de Satan…. Donc le péché d’Adam, ce n’était pas l’acte de reproduction, mais l’amour perverti et pécheur suggéré par Satan, et librement choisi…. Un acte de création béatifiant dans le sens divin a été avili pour devenir un jeu d’esprits impurs…. On a donné accès à Mon adversaire à un acte où Moi-même Je voulais être présent aux hommes par Ma bénédiction pour renforcer en eux l’amour pur et divin afin qu’il afflue dans les êtres procréés de sorte qu’un genre humain aurait surgi et, dans une lumière d’amour de plus en plus éclatante, il aurait trouvé la voie du retour vers Moi sans souffrances ni tourments et, en peu de temps, il se serait racheté par l’amour parce qu’il fallait qu’il Me reconnaisse Moi-même là où l’amour éclatait…. Les premiers hommes auraient pu passer cette épreuve de volonté…. Mais comme Je luttais avec Mon adversaire pour avoir les âmes des hommes, Je ne pouvais pas l’empêcher d’appliquer des moyens pour s’assurer la victoire. Car il s’agissait du retour totalement libre de Mes créatures…. Mais leur libre arbitre a échoué, et cela a valu au genre humain entier une destinée dont il ne se délivrait plus lui-même jusqu’à ce qu’un homme achève cette œuvre par pur amour divin…. en expiant pour l’humanité entière, ce qui lui a ouvert de nouveau la voie vers le haut…. Car c’est l’amour qui emporte la victoire, et l’amour n’aura pas de repos avant que le dernier spirituel déchu suite à sa défection n’ait trouvé la voie du retour vers Moi.
Amen

Pourquoi toute la mémoire a été enlevée aux hommes ? | 22 Mai 1958 | Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde

Vous les humains, si vous considéreriez votre vie sur terre comme la dernière et brève séquence d’une période d’évolution infiniment longue, vous-vous empresseriez de l’accomplir avec ardeur, sans économiser vos peines, afin de terminer cette dernière brève évolution avec succès lors de ce court passage sur terre.
Toute mémoire vous faisant défaut, et n’ayant que la certitude de ce court passage sur terre, vous n’éprouvez donc aucune ardeur et vous êtes plutôt indifférents à ce qui vous attend. Vous ne vous inquiétez nullement de ce qui vous attend après la mort. Pourtant, il faut bien que vous viviez sans souvenir de ce qui a précédé afin de ne pas conditionner votre pensée ni votre volonté et votre action. Mais si vous pouviez jeter un coup d’œil en arrière, vous seriez glacés d’effroi au point de ne plus pouvoir vivre, ou alors, mus par la peur vous feriez tout ce qu’on vous demande rien que pour échapper à un sort épouvantable et être libéré de toute forme matérielle.
Bien sûr, J’ai le pouvoir de vous inciter à changer votre vie dans le sens de Ma volonté, dans la mesure où Je vous permettrais de jeter un coup d’œil sur le passé. Mais Mon amour pour vous est si grand, qu’il ne veut que votre bonheur inexprimable, ce qui exclut toute contrainte de la volonté du libre-arbitre. Car pour être infiniment heureux, vous devez vivre entièrement libre, selon la Loi divine d’éternité.
Comprenez bien que c’est par amour et miséricorde que JE vous ai enlevé tout souvenir. D’une part, pour vous épargner les réminiscences d’une vie déjà surmontée, et d’autre part vous rendre accessible à une félicité sans bornes. Cependant JE ne vous ai point abandonné pour autant dans une ignorance totale sans une certaine connaissance, même si cette connaissance n’est pas prouvable. Vous pouvez être néanmoins informés de votre état précédent, ce qui ne vous accablerait point outre mesure, car vous l’avez déjà surmonté.
Et cette connaissance pourrait vous inciter à plus de spiritualité, ceci bien entendu sans aucune contrainte d’agir toujours librement, ce qui vous permettrait d’acquérir Ma bénédiction. C’est ainsi que Je vous ai déjà dit : ne refusez rien de tout ce qui concerne la spiritualité, prenez tout en considération, tout ce qui vous informe sur le sens et le but de votre vie sur terre, aussi examinez consciencieusement tout le savoir qui concerne votre « pré-incarnation ».
Vivez toujours votre vie de manière à pouvoir la justifier vis-à-vis de vous-mêmes, sans crainte de la justifier également devant Moi votre Créateur et Père Céleste. Mais croyez fermement que votre existence sur terre n’est pas sans but, que ce but est bien loin de la seule satisfaction des plaisirs du corps charnel qui sont éphémères et dont vous ne pouvez point déterminer vous-même la durée de vie.
Et si vous n’êtes pas prêts d’accepter d’autre connaissance que celles qui sont prouvables, alors respectez néanmoins la « Parole de Dieu », car dès que vous l’écouterez avec respect et foi, elle allumera en vous une petite lumière qui éclairera bien des choses qui ne peuvent être prouvées et qui vous apparaîtront compréhensibles et dignes de foi.
Cherchez constamment à entrer en relation avec le Royaume spirituel par la pensée d’un amour pur, que Moi le Créateur JE vous inspire, ainsi que des œuvres d’amour qui constituent un lien intime avec Moi, et vous pénétrerez des mystères qui se dévoileront d’eux-mêmes à vous, et qui vous aideront à parcourir avec succès la dernière phase de votre évolution.
Mais surtout ne soyez pas indifférents au spirituel, et ne laissez pas les désirs charnels dominer toutes vos pensées et votre existence, car beaucoup de choses peuvent vous inciter à la réflexion et à la méditation.
Vous êtes entourés d’innombrables merveilles très variées, contemplez toutes ces œuvres qui sont Mon amour et Ma puissance, et prouvent Mon existence. Cherchez ensuite à vous unir à MOI, qui Me révèle à vous dans Ma création et il vous sera épargné le sort épouvantable de retourner vous-mêmes de nouveau dans toutes ces créations. Et vous serez ainsi libérés de la forme, pour entrer dans le Royaume des esprits, où votre vie sera Force, Lumière, Liberté, dans une félicité éternelle indicible.
Amen

Extrait du recueil Cadeaux du Ciel 3 (Jacob Lorber) | La Rédemption | 15 juin 1840

1. C’est une question adressée à L., H., S., à laquelle ils doivent répondre en entrant profondément en eux-mêmes en pénétrant dans toute la tranquillité de leur cœur, afin qu’une petite porte leur soit ouverte aussi dans les chambres secrètes de leur amour, afin de se reconnaître et de reconnaître Mon Amour, et de s’enflammer en même temps puissamment pour Moi, car Moi seul peux racheter l’âme par la renaissance de l’esprit, et ensuite par l’esprit de toute la créature.
Mais c’est la plus importante et la plus grande question :
2. Comment la Loi mosaïque conditionne-t-elle la liberté de la volonté par l’Amour, par l’Amour la renaissance, et par la renaissance la vie éternelle ?
Pourquoi la Rédemption était-elle nécessaire à côté de la Loi mosaïque, puisque rien d’autre n’est nécessaire pour la renaissance que l’observation de la Loi par pur Amour pour Moi ?
Qu’est-ce donc que la Rédemption, dans quelle mesure est-elle pour l’homme et comment peut-il y prendre part ?
3. La réponse à ces questions sera très difficile pour quiconque ne cherchera qu’à émousser l’acuité de son intellect ; mais celui qui est enflammé d’Amour et en toute humilité pour Moi trouvera fidèlement la réponse complète dans la petite pièce de son cœur. Mais à Mon pauvre et faible serviteur Jakob, Je donnerai la réponse complète, afin que vous puissiez ensuite comparer la vôtre et examiner votre cœur et les profondeurs de l’Amour qui s’y trouvent. Je suis le Grand Maître en toutes choses. Amen !
Réponse 17 juin 1840 4. C’est la réponse complète à la plus grande et la plus importante question que j’ai posée lundi, dont la grandeur et l’importance ne sont visibles que dans cette réponse.
5. Il est nécessaire – pour que la réponse soit pleinement comprise – que l’essence de l’homme dans sa sphère naturelle et spirituelle soit montrée ici, sinon, sans cette connaissance préalable, il serait inutile de prêcher, car le tout ne s’adresse qu’à l’esprit, qui ne vit pas encore en vous, mais est en voie de devenir vivant dans l’amour qui est le père de l’esprit. Et pour que votre esprit reçoive la première impulsion, je vous donne aussi cette réponse, sur laquelle se fonde la vie de l’esprit et sa renaissance, et c’est seulement alors que la Vie éternelle est dans la liberté suprême.
6. Vous voyez, l’homme est composé d’un corps selon la nature qui est un vaisseau à l’intérieur duquel une âme vivante se développe à travers les différents organes ; en fait, dans la formation par la conception, seule l’essence du corps est construite. Et ce n’est qu’au septième mois, lorsque l’être organique du corps est déjà formé, même s’il n’est pas encore complètement conforme à la forme, mais que toutes les parties sont néanmoins formées par le corps végétatif de la mère, qu’est ouverte dans la région de la fossette épigastrique une bulle non perceptible à l’œil nu, provenant du générateur([3]), dans lequel est contenue la substance de l’âme qui s’étend ensuite à tout l’organisme par la connexion des nerfs, puis transforme le fluide magnétique qui se trouve dans tous les nerfs en sa propre substance animique, et pénètre ensuite à pleine vitesse électrique également dans tous les autres organes ; surtout, en fin de compte, seulement dans les muscles du cœur, ce qui n’arrive généralement que le septième jour, parfois seulement un peu plus tard.7. Puis, très lentement, le cœur commence à se dilater grâce au remplissage progressif de la substance de l’âme, et lorsqu’il est devenu progressivement aussi plein qu’une bouteille électrique, il se décharge dans les artères par une chambre supérieure. Ce liquide évacué se communique alors à toutes les humeurs qui sont là et les force dans tous les vaisseaux, et donc aussi les humeurs dans les vaisseaux eux-mêmes à nouveau dans les veines et, à travers celles-ci, de nouveau au cœur ; pendant ce temps le cœur est déjà chargé de nouveau et les humeurs qui y reviennent sont immédiatement poursuivies.
8. C’est ainsi que commence le pouls et la circulation des humeurs. Ainsi sont maintenant formés électriquement et organiquement la masse du corps et la solidité de l’âme par le mouvement et l’échange constant des humeurs ainsi produites, c’est-à-dire avec le passage du sang, avec la masse du corps, et avec la substance contenue dans les humeurs subtiles la solidité de l’âme. Et lorsque l’estomac s’est également pleinement développé pour accueillir les humeurs les plus grossières, d’abord du corps de la mère pour soutenir les humeurs utilisées pour cette destination et pour soutenir le sang, alors l’être est dissous des liens nutritifs dans le corps de la mère et accouche dans le monde extérieur, doté de cinq sens naturels extérieurs afin de recevoir le monde des sens, c’est-à-dire les différentes substances, comme celles de la lumière, du son, du goût, de l’odorat et enfin de la sensibilité générale, qui sont toutes destinées à développer l’âme et à faire grandir le corps selon ses besoins, ce qui se produit pendant plusieurs années consécutives. Et donc maintenant, ils sont deux hommes en un, c’est-à-dire d’abord un homme matériel, et en lui un homme substantiel (spirituel).
9. Ici, soyez attentifs : déjà environ trois jours avant la naissance, à partir de la substance la plus fine et en même temps la plus solide de l’âme, une autre bulle infiniment fine se forme dans la région du cœur, et dans cette bulle est introduit un esprit autrefois mauvais, qui est ici, selon l’essence, une étincelle d’Amour divin, que le corps soit masculin ou féminin, tout comme l’esprit est sans différence sexuelle, et ce n’est qu’avec le temps qu’il assume quelque chose de sexuel qui se manifeste par la luxure.
10. Mais maintenant, cet esprit est toujours aussi mort qu’il l’a été dans cette affaire pendant très, très longtemps. Eh bien, puisque l’âme est une essence impondérable, substantielle, simple et donc indestructible, et qu’elle reçoit sa nourriture par les sens du corps par ses sens [de l’âme], maintenant peu à peu pleinement développés, qui sont ici : les oreilles la raison, les yeux l’intellect, le goût le plaisir des impressions reçues du son et de la lumière, puis l’odorat la perception du bien et du mal, et enfin la sensibilité générale, la conscience de la vie naturelle dans l’âme elle-même, conscience qui est produite par l’évolution continue des humeurs et des substances absorbées, de cette façon l’âme devient capable de penser, dont la pensée est effectivement produite par la circulation des substances les plus fines dans les organes correspondant à ceux du corps.11. Comme auparavant, les humeurs du corps, en circulant, formaient l’essence de l’âme par les substances qui lui étaient apportées du monde extérieur, de même par la circulation des substances très fines dans les organes de l’âme, l’esprit enfermé dans la bulle doit être et est nourri, jusqu’à ce qu’il devienne lui-même mûr pour éclater la bulle, et ainsi pénétrer peu à peu tous les organes de l’âme ; et tout comme l’âme est dans le corps, l’esprit devient dans l’âme un parfait troisième homme en se nourrissant de la pensée de l’âme :12. L’esprit a précisément, comme le corps et comme l’âme, des organes spirituels de réponse, comme l’ouïe et la raison, la sensation ou la perception, comme la lumière, l’intellect et la volonté, comme le goût et le plaisir des impressions reçues du son et de la lumière, la capacité de percevoir tout ce qui est terrestre sous les formes correspondantes, comme l’odeur et la perception du bien et du mal, le discernement du vrai et du faux, et enfin comme la sensibilité générale et la conscience de la vie naturelle, l’amour de tout cela résultant.
13. Et maintenant, comme l’alimentation du corps par tous les sens, l’alimentation de l’âme et, en fin de compte, l’alimentation de l’esprit. Si l’alimentation générale est mauvaise, alors tout devient finalement mauvais et donc également répréhensible ; si l’alimentation générale est bonne, alors tout devient finalement également bon et acceptable. Voyez-vous, ce sont les relations naturelles qui existent entre le corps, l’âme et l’esprit. Vous vous demandez maintenant : “Qu’est-ce qu’une mauvaise alimentation et qu’est-ce qu’une bonne alimentation ?
14. Vous voyez, tout ce qui est mondain est mauvais, parce qu’il retourne l’esprit au monde, dont je l’ai arraché à la matière pendant la nuit de la prison mortelle et l’ai mis au cœur de l’âme, afin qu’il y redevienne vivant et purifié de tout ce qui est mondain parce qu’il est sensuel, naturel et matériel, et afin qu’à la fin il puisse y devenir capable d’accueillir la vie venant de Moi. Mais si on lui donne maintenant une mauvaise alimentation, il redevient banal, sensuel et enfin matériel, et avec lui mort comme avant la naissance ; ainsi que l’âme avec le corps, car avec lui il est devenu complètement charnel.
15. Mais si l’esprit reçoit une bonne nourriture, qui est Ma Volonté révélée et la médiation des Œuvres de Rédemption, c’est-à-dire Mon Amour dans sa pleine consistance par la foi vivante, alors une nouvelle bulle spirituelle se forme au cœur de l’esprit, dans laquelle est contenue une étincelle pure de Mon Amour. Et comme cela s’est produit auparavant avec la procréation de l’âme et à partir de celle-ci la procréation de l’esprit, il en va de même avec cette nouvelle procréation de la Chose Sacrée. S’il devient maintenant complètement mature, alors ce saint Amour arrache les liens inébranlables du vaisseau et déborde ensuite comme le sang du corps, ou comme les substances très fines de l’âme, ou comme l’amour de l’esprit dans tous ses organes ; cette condition est alors appelée renaissance, tout comme celle de l’introduction de cette bulle vitale est appelée pré-natalité.
16. Mais regardez, en même temps, même depuis l’enfer, déjà avec la procréation, surtout si elle a été fixée de façon pécheresse pour une satisfaction purement bestiale, une quantité de bulles d’amour infernal sont déposées dans la région du ventre et des parties sexuelles ; ces bulles alors, avec Mon Amour, sont aussi mises au monde presque en même temps.
Comme les chenilles au printemps quand la chaleur du soleil arrive, ainsi cette couvée, avec la chaleur de la source de Mon Amour Divin, [naît] dans l’esprit de l’homme.
17. Vous voyez donc que les tentations viennent aussi, car chacun de ces êtres conçus de l’enfer tente sans cesse d’interférer de quelque façon que ce soit dans la vie de l’âme. Et si l’homme ne confronte pas vigoureusement les bêtes de sa propre volonté, à l’amour renaissant de Dieu, alors elles se répandent de façon dévastatrice dans tous les organes de l’âme et s’y attachent fermement comme des polypes de succion aux endroits où l’esprit doit se déverser dans l’âme, et empêchent ainsi l’âme de recevoir la vie de l’esprit, et donc par l’esprit aussi la vie de l’Amour divin. Si maintenant l’esprit voit qu’il ne peut pas s’étendre pour recevoir en lui une plénitude de Vie nouvelle de Dieu, il se retire à nouveau dans sa bulle muette, tout comme Mon Amour, qui est ici Dieu dans les hommes.
18. Une fois que cela s’est produit chez l’homme, il redevient purement naturel et extrêmement sensuel, et il est aussi perdu, parce qu’il ne sait pas qu’une telle chose s’est produite en lui, puisque ces bêtes séduisent d’abord calmement et agréablement ses sens, et si peu à peu elles le captent complètement, de sorte que l’homme, de tout ce qui est de l’esprit, ne sait plus, ne sent plus, ne voit plus, ne goûte plus, ne sent plus et ne perçoit plus rien. Il s’agit d’un malheur car il n’y en a pas eu de semblable depuis le début jusqu’à aujourd’hui, et il n’y en aura pas non plus à l’avenir. Si l’homme se tourne maintenant vers Dieu extérieurement avec des prières, en particulier avec Ma prière, le jeûne et la lecture de la Parole de l’Écriture, il obtient ainsi un grand désir d’être libéré d’une grande affliction.
19. Et si l’homme a pris cela au sérieux, voyant en lui un grand nombre de sombres doutes, alors je commence à agir de l’extérieur comme un Vainqueur de la mort et de tout l’enfer par les Œuvres de la Rédemption, et alors, de Ma Miséricorde, Je donne à l’homme la croix et les souffrances selon Ma Sagesse. Ainsi, le monde et ses joies deviennent si amers pour l’homme qu’il en éprouve un pur dégoût et commence à aspirer à se libérer d’une vie de souffrance. Et vous voyez, parce que maintenant, de cette façon, ces bêtes ne reçoivent plus aucune nourriture dans l’âme en provenance du monde extérieur pécheur, elles deviennent faibles et se flétrissent presque complètement dans les organes de l’âme, et tombent ainsi dans un état d’inconscience.
20. Mais depuis lors, l’amour miséricordieux de Jésus-Christ, qui libère l’âme en agissant de l’extérieur, commence à se déverser dans les organes malades du corps et de l’âme, les éclairant et faisant percevoir à l’âme elle-même comme une conscience avertie la quantité innombrable des bêtes du péché, alors l’âme s’effraie, ce qui se manifeste par une oppression du cœur, et aussi par un resserrement intérieur de la poitrine dans la région de l’estomac, et alors, dans cette humble douleur qui s’exprime avec un vrai repentir, prie Dieu dans l’Amour Crucifié pour obtenir Grâce et Miséricorde. Et vous voyez, alors l’esprit le remarque et recommence à bouger dans la bulle dans laquelle il s’était retiré.
21. Ensuite, l’homme se voit rappeler avec force les lois de Moïse, de la première à la dernière, par l’amour miséricordieux de Dieu, et il lui est confié de les observer strictement, afin qu’il puisse s’humilier et se mortifier dans son fondement le plus intime, et exactement de la même manière que lorsqu’une lavandière compresse en enveloppant son linge très serré, de sorte que même les plus petites particules de saleté sont emportées avec l’eau qui a été captée, ce qui doit être répété de nombreuses fois, jusqu’à ce que l’on ne remarque plus qu’une certaine turbidité dans l’eau.
Ce n’est qu’alors qu’un tel linge est placé sous les rayons du Soleil, de sorte qu’ils éliminent, par évaporation, jusqu’à la dernière goutte de saleté, de sorte qu’ensuite la saleté annihilée est dispersée par les vents purs dans toutes les directions.
22. Et vous voyez, les lois de Moïse venant de Dieu sont donc au nombre de dix, ce qui est un nombre de Dieu, et elles indiquent que l’homme doit d’abord croire qui je suis, lorsqu’il tombe dans l’affliction, puis qu’il a le plus grand respect pour moi, en fait, qu’il croit même qu’il est redevable de choisir parmi sept jours le samedi recommandé, Et sanctifiez-le comme un vrai jour de repos du Seigneur, afin qu’il apprenne à se mortifier et à regarder toujours plus profondément en lui-même, à reconnaître ses locataires à partir de cela, puis à se tourner vers Moi, afin que Je les anéantisse de la manière susmentionnée et les chasse des organes de son âme.23. Et lorsque vous vous y serez humilié, profondément, sous Ma Grandeur, Ma Puissance et Ma Force, alors il vous appartiendra de presser le linge. ? Ceci est et est compris par l’observation précise des sept Commandements restants, par lesquels il devra s’humilier profondément même sous ses semblables, et il devra emprisonner toutes ses envies malignes, il devra plier complètement sa volonté et soumettre toutes ses aspirations, et même les plus infimes désirs de son cœur à Ma Volonté ; alors Je viendrai avec Amour et je réchaufferai les demeures de son esprit, comme une poule réchauffe ses poussins à naître. Et vous voyez, alors l’esprit, qui avait déjà commencé à s’éveiller auparavant, renaîtra à nouveau grâce à la chaleur de l’Amour Divin, et il débordera immédiatement à nouveau dans toutes les parties de l’âme purifiée, et il absorbera avec avidité en lui-même l’Amour miséricordieux agissant de l’extérieur, pour lequel l’esprit devient alors toujours plus fort.
24. Et lorsque l’Amour de Ma Miséricorde a pénétré dans les profondeurs de son cœur, où se trouve encore la bulle tout à fait extraordinaire de l’Amour divin primordial, alors la bulle purement divine, dans laquelle était enfermé le grand Sanctuaire d’Amour du Saint-Père éternel, est à nouveau brisée, stimulé par l’amour de son fils qui a maintenant purifié l’âme, la rachetant, et ensuite, s’unissant à elle de façon très intime, inondant immédiatement de grande clarté, comme un grand soleil levant, tout l’esprit et donc aussi l’âme, et par là même la chair complètement mortifiée.
L’homme devient alors partiellement vivant, et ce total devenir vivant est alors la résurrection de la chair.
25. Et quand tout est pénétré par le Père, alors le fils est accueilli par le Père au Ciel, Ciel qui est dans le Cœur du Père ; dont le fils, cependant, accueille l’esprit de l’homme, et cet esprit accueille l’âme, et l’âme accueille le corps, qui est l’esprit nerveux déjà connu de vous, parce que tout le reste n’est qu’excrément de celui-ci.
26. Et si maintenant le Père, qui est Amour, devient opératif dans l’homme, alors il devient lumière dans ce même homme, parce que la Sagesse du Père n’est jamais séparée de Son Amour ; alors l’homme devient aussi plein d’amour, plein de sagesse et de puissance, et de cette façon il renaît maintenant complètement en tout amour et sagesse. Eh bien, vous voyez, combien d’efforts, d’indulgence et de grande patience il me coûte toujours d’en économiser mille juste un, et combien souvent Mes travaux sont incompris, méprisés, maudits et même piétinés par celui-ci. Et vous voyez, néanmoins, je ne cesse de vous crier sans cesse : “Venez tous à Moi, vous qui êtes fatigués et exaspérés. Je veux vous restaurer tous !”
27. Mais pour les sourds et les aveugles, il est difficile de prêcher, car ils se sont précipités dans la plus grande affliction du monde, et avec elle ont souillé leur terre, qui est leur chair, avec les excréments maudits de l’enfer fétide, dont la puanteur est une peste de l’âme. Je dois alors faire pleuvoir sans cesse du ciel un déluge sous lequel les œœuvres amères de la Rédemption sont comprises. Et lorsque la terre de l’âme maudite aura été une fois de plus complètement balayée par cela, et que les marais et les marécages auront été à nouveau asséchés par les vents de la Grâce, alors seulement il y aura encore une chance de pouvoir vous prêcher à nouveau les chemins qui mènent à la Vie à partir de Moi.
28. Et puisque Je vous prêche maintenant depuis longtemps, suivez Ma voix et retournez au bercail de Mes agneaux bien-aimés, afin que Je vous conduise, comme seul Bon Pasteur, au pâturage de la Vie, et vous Me donnerez alors de la laine, de la laine blanche comme neige, et Je vous en préparerai alors un vêtement qui vous ornera pour l’éternité.
29. Et maintenant, considérez la suite de cet enseignement comme une réponse, et prenez-en note :
30. Lorsqu’un agriculteur possède un petit verger et qu’il voit que les jeunes arbres qui s’y trouvent sont tous sauvages, il se dit : “Que dois-je faire ? Si je les déracine de la terre, alors mon jardin deviendra vide, et si je pleure les autres à leur place, au début, ils ne seront eux aussi que sauvages, et peut-être pas aussi forts que ceux qui existent déjà. Je veux donc les nettoyer à fond de tous les mauvais vers et de leurs nids, et je veux et je chercherai au bon moment les brindilles nobles des bons arbres pour les greffer. Ainsi, ces jeunes pousses sauvages, qui après tout sont fraîches et parfaitement saines, avec l’aide du Haut, réussiront sûrement encore toutes à bien se porter et devront m’apporter un jour de nombreux fruits bons, doux et nobles”. Et vous voyez, le fermier sensé fait ce qu’il a sagement pensé, et ce faisant, il obtient déjà une récolte riche et joyeuse en quelques années.
31. Et vous voyez, vos parents sont tous de tels paysans, sur la base terrestre ou physique desquels seule une végétation sauvage de l’enfer a poussé entièrement et uniquement, à la manière des prostituées qui se plongent dans toutes les convoitises de Sodome et de Babel. Il faut donc avec un double zèle nettoyer ces buissons de toutes les mille espèces d’insectes nuisibles, consistant dans le fait que vous devez prêter la plus grande attention à tous les désirs et à la cupidité qui trouvent tous leur origine dans les parasites infernaux qui y habitent, et les éradiquer de la même manière véritable que je vous l’ai déjà clairement montré, et couper immédiatement au début aussi les inutiles pousses secondaires d’obstination, qui souvent paraissent bonnes, mais affaiblissent encore obstinément la vie du tronc ; vous aurez donc bientôt un tronc sain et vigoureux. Et quand viendra le temps de la greffe, qui est ici pour faire connaître et inculquer Ma Loi émanant de Mon Amour Suprême à travers Moïse, alors vous pouvez sûrement espérer avec Mon aide puissante que vos jeunes pousses sauvages, ainsi purifiées et soigneusement nettoyées, saisiront certainement Ma Volonté avec vigueur, après que cette première volonté qui leur est propre aura été complètement enlevée, et qu’en très peu de temps elles apporteront les fruits les plus beaux et les plus merveilleux de toutes les espèces à la plénitude ultra-large, si en plus vous les arrosez à nouveau avec zèle avec l’eau de la Vie, afin que très bientôt leurs têtes puissent pousser très haut vers le Ciel, afin que leur horizon spirituel s’élargisse béatement et qu’ils absorbent alors de plus en plus la Lumière de la Grâce, Lumière qui jaillit constamment en grande plénitude du Soleil de Grâce qui s’est levé avec l’Œuvre de la Rédemption, de la Lumière et de la Chaleur duquel toute créature peut renaître à nouveau et finalement entièrement à la Vie Éternelle.32. Néanmoins, il s’agit d’une rédemption : que l’on reconnaisse le Saint-Père et l’Amour qui, en expiant et en sanctifiant à nouveau le monde entier, ont versé le sang sur la croix, et même les malfaiteurs avec le dernier coup de lance dans le Cœur de l’Amour éternel, ouvrant la Porte Sainte qui mène à la Lumière et à la Vie éternelle. Et de même que là, on est devenu voyant et vivant dans la Foi et l’Amour, ainsi chacun peut devenir vivant et voyant dans la Foi, qui est la véritable participation à la rédemption, afin qu’ensuite la bulle d’Amour éternel puisse être à nouveau fécondée par les Rayons du Soleil de Grâce et que l’ancien Amour du Père puisse jaillir en vous par les œœuvres du Fils dans toute la Force et la Puissance de l’Esprit omniscient venant des deux dans le pur Amour de votre cœur renaissant.
33. Après tout, qu’est-ce que cela signifie et quelle est l’œœuvre de Ma Rédemption ? Alors Je vous dis : tout d’abord, c’est la plus grande Œœuvre d’Amour éternel, parce qu’avec cela, Moi-même, le Très Haut dans toute la plénitude de Mon Amour et dans l’infinie plénitude de Ma Divinité, Je suis devenu Homme, en effet, pour vous tous même Frère. J’ai pris la masse entière des péchés du monde sur Mes épaules et ai ainsi purifié la Terre de l’ancienne malédiction de la Sainteté intangible de Dieu. Deuxièmement, c’est l’assujettissement de l’Enfer sous la Puissance de Mon Amour, qui au début n’était que dans la Puissance de la Divinité irascible, et donc était loin de toute influence de Mon Amour, alors qu’il est l’arme la plus terrible contre l’Enfer, puisqu’il en est le contraire le plus absolu, de sorte que même en prononçant amoureusement et dévotement Mon Nom, il est rejeté dans tout un infini. Et enfin, troisièmement, c’est l’ouverture des portes du Ciel et de la Vie éternelle, et le signe fidèle, car non seulement il vous réconcilie avec la Sainteté de Dieu, mais il vous montre comment vous devez vous humilier devant le monde si vous voulez être élevé par Dieu. De plus, elle vous apprend à supporter toutes les moqueries, toutes les souffrances et les croix pour Mon amour et pour vos frères en toute patience, douceur et résignation de votre volonté, elle vous apprend même à porter vos amis sur vos mains et à bénir vos ennemis avec l’Amour divin dans votre cœur.
34. Mais puisque le monde n’est plus que la forme extérieure évidente de l’enfer, et que la Terre, une fois de plus bénie par la rédemption, est redevenue le porteur de l’enfer, alors le monde s’est élevé au-dessus de la Terre et habite dans de hauts bâtiments dans la splendeur de l’égoïsme, de l’auto-illusion, de l’amour de soi, de l’amour du luxe, de la luxure, de la vie confortable, de l’abondance, de la richesse, de l’usure et de la soif générale et égoïste de pouvoir. Mais maintenant, pour que la Terre ne soit plus honteusement souillée, elle a été lavée et sanctifiée par le Sang de l’Amour Éternel. Même si quelque part le serpent se débarrasse de ses excréments, soit par la guerre, soit par un procès ou un vol, soit par la luxure, la prostitution, l’athéisme et l’adultère au sens naturel et spirituel, alors le déluge libérateur de l’Amour crucifié agit immédiatement sur les péchés, par le réveil des hommes et des voyants de Dieu, qui déracinent alors à nouveau les excréments du serpent de la Terre après les avoir recueillis et jetés dans les garde-mangers des grands du monde. Alors le cœur du monde se réjouit d’un tel trésor, tandis que Mes enfants doivent alors subir la misère pendant un court moment, car la Terre devient, pour ce court moment, stérile. Mais s’ils se réfugient sous Ma croix et entendent Ma voix parler de la nouvelle Vie par la bouche ou la plume de Mes voyants, et arrosent assidûment le sol devenu mince avec l’eau du puits de Jacob, alors la Terre est immédiatement bénie à nouveau et elle produira des fruits des plus belles espèces, et ces fruits seront alors à nouveau la partie de la grande Œuvre de Rédemption accomplie sur la croix.
35. Enfin, il me reste à ajouter, surtout aux parents, ce conseil divinement paternel : vous ne devez pas laisser vos enfants se marier, même s’ils ont été bien pourvus de toutes les richesses nécessaires à l’entretien du monde, que ce soit en fonction ou en propriété, s’ils ne renaissent pas d’abord au moins à moitié, afin que leurs épouses puissent ensuite être sanctifiées par leur intermédiaire, d’apporter au monde des fruits bénis qui deviendront bientôt eux-mêmes facilement une bénédiction du Ciel pour toute une grande génération, avec laquelle vous établirez ensuite un grand Royaume égal à celui d’Abraham dans le Ciel, dont vous vous réjouirez éternellement de plus en plus pour la magnificence toujours croissante venant de votre graine bénie.36. Vos filles les donnent plutôt à Mes enfants qui sont venus ici de Mon Amour pour vous et qui M’ont bien reconnu dans le monde, et qui se sont laissés attirer par Mon Amour et guider par Ma Sagesse, et qui écoutent toujours Ma voix, et ont les yeux fixés sur Mon Cœur. Avec cela, vous ferez de moi le beau-père bienfaiteur de vos filles. Et je vous le dis :
Puisque vous avez ainsi fait de Moi le plus proche parent, vous pouvez bien imaginer par vous-mêmes que Je ne laisserai pas un jour mes beaux-parents se ruiner ; et ainsi Je dis qu’ils habiteront dans Ma maison et mangeront toujours à Ma table, et auront certainement une grande joie pour les petits enfants extrêmement beaux de Mes chers fils et leurs filles bénies à travers eux, et ainsi ils seront guidés dans Ma main paternelle dans tous Mes Royaumes, et ici ils contempleront Ma grande magnificence ; et alors seulement ils saisiront ce que cela signifie de M’avoir comme beau-père !! !
37. Eh bien, vous voyez, c’est une réponse complète. Elle n’est certainement pas apprise, mais qui plus est, elle vous est fidèlement donnée par la Source de l’Amour et de la Sagesse éternels de votre ultra-bon Saint-Père dans toute la Vérité éternelle, comme un grand torrent de Lumière jaillissant d’un grand soleil au milieu de la matinée qui vous illuminera de part en part, si seulement vous l’avez progressivement reçu entièrement dans votre cœur encore peu éclairé, ce que vous percevrez d’autant plus distinctement que vous comparerez vos réponses encore très faibles, et de là vous verrez certainement clairement combien il vous manque encore, et combien vous avez déjà pénétré en profondeur.38. Enfin, je vous répète que vos réponses sont plus profondes que votre cœur, car, les ayant mises en rapport avec votre meilleure partie, je les ai placées dans votre cœur sans que vous en ayez conscience. Dans Ma réponse, vous ne trouverez que la confirmation, si vous avez découvert dans votre réponse un sens plus profond que celui plus superficiel dans lequel vous pensiez vous intégrer.
Mais ce sera pour vous un signe certain de la profondeur avec laquelle Je vous ai pénétré, et de la superficialité avec laquelle vous M’avez pénétré.
39. Venez donc tous à Moi, vous qui êtes fatigués et exaspérés, car Je veux vous restaurer et vous remplir de Ma Grâce. Amen ! Moi, l’Amour et la Sagesse éternels. Amen ! Amen ! Amen !