L’Enfant Jésus, Archanges et la sainte famille autour d’un repas

Extrait de l’Enfance de Jésus (Jacob Lorber) :

En version audio

Lorsque le repas fut terminé et que tous eurent rendu grâce au Seigneur avec Joseph, l’un des jouvenceaux dit à Marie: « Marie, Ô bienheureuse entre toutes les femmes de la terre, ne te souviens-tu plus de moi ? Ne suis-je pas celui qui jouait si souvent avec toi au Temple et qui t’apportait toujours de si bons repas et de si doux breuvages ? » Marie fut interdite et dit : « Oui, je te reconnais, tu es Uriel, un archange ! Mais tu m’as aussi parfois taquinée en me parlant sans te faire voir, et je devais souvent te supplier des heures durant jusqu’à ce que tu condescendes à te rendre visible. » Et le jouvenceau dit : « Vois-tu, Ô mère bienheureuse, telle était la volonté du Seigneur qui t’aime infiniment. Comme bat continuellement ton cœur, le siège de l’amour, et comme il existe et stimule tout ton être, ainsi procède aussi l’amour du Seigneur qui continuellement stimule, pince et taquine ceux qu’Il aime mais par là justement façonne la vie et la rend durable pour l’éternité. » Marie fut très heureuse d’entendre cette explication et loua la grande bonté du Seigneur ! Un autre jouvenceau se tourna vers Marie et dit : « Vierge bienheureuse, me reconnais-tu aussi ? Il y a un an à peine, je te visitais à Nazareth ! » Et Marie le reconnut à sa voix et dit : « Oui – oui, tu es Gabriel ! Tu es sans égal, car tu as apporté à la terre le plus grand message et le salut à tous les peuples ! » Et le jouvenceau répondit à Marie « Ô vierge tout d’abord tu te trompes ! Car vois-tu le Seigneur a déjà commencé avec moi à se servir des moyens les plus petits et les plus humbles pour mettre en œuvre les plus grandes actions ! Voilà pourquoi je suis le plus petit et le plus humble dans le Royaume de Dieu et non pas le plus grand. J’ai fait, il est vrai, la plus grande et la plus sainte ambassade au monde, Pour autant, je ne suis pas le plus grand, mais bien le plus petit et le plus humble au Royaume de Dieu ». Marie s’émerveilla avec Joseph de la grande humilité du jouvenceau. Et l’Enfant dit : « Oui, cet ange a raison ! Le plus grand M’était le plus proche au commencement, mais il a voulu s’élever et M’égaler, il a voulu Me dépasser et s’est ainsi éloigné de Moi. C’est pourquoi J’ai créé le ciel et la terre et J’ai établi le principe selon lequel seul le plus humble Me sera le plus proche. Et maintenant J’ai choisi pour Moi la plus basse condition terrestre, et auprès de Moi les plus grands seront comme Moi les plus petits et les plus humbles en ce monde et en eux-mêmes. Ainsi as-tu raison, Mon Gabriel, et la mère également, car tu es le plus grand puisque tu es en Moi et par toi le plus humble ». Lorsque l’Enfant adressa Ses paroles au jouvenceau Gabriel, tous les autres jouvenceaux tombèrent à genoux et L’adorèrent.