Le principe masculin et féminin dans l’au-delà

Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde | 2 mai 1957

En version audio

Je vous donne ce dont vous avez besoin pour le mûrissement de votre âme. Et dans le temps de la fin Je fais parvenir aux hommes un savoir bien qu’il ne soit pas absolument indispensable pour le développement de l’âme, mais celui-ci doit vous révéler Mon Amour et Ma Sagesse en vous justifiant beaucoup de chose qui vous sont incompréhensibles et qui pourraient vous faire douter de Moi. Je vous révèle donc précisément Mon Plan de Salut d’Éternité, parce que la fin est proche et parce qu’à l’humanité sans foi il doit être ouvert encore une lueur à travers laquelle la Lumière peut pénétrer, lorsqu’elle accepte ce savoir sans résistance. Je vous lève un voile qui était encore tendu sur l’humanité, Je vous dévoile des Mystères pour faciliter aux hommes la foi en Moi. Et Je Suis donc toujours prêt à répondre aux questions qui sont posées ouvertement ou bien en pensées, sur la Terre ou dans le Royaume spirituel. Parce que Je veux donner la Lumière à tous ceux qui veulent échapper à l’obscurité. Donc J’ai aussi donné parfois des explications qui ne servent pas encore à l’homme sur la Terre mais qui lui seront entièrement naturelles dans le Royaume spirituel, lorsqu’il sera prêt pour le Royaume de la Lumière. Alors il lui sera donné d’une manière immédiate la clarification dès qu’il la désirera. La question sur le «sexe» des êtres que J’ai créés fait partie de ces questions, et cela a déjà été le motif d’erreurs, et dans le temps de la fin cela a de toute façon peu d’importance pour les hommes : il n’existe aucun être qui ne porte pas en lui les deux principes de sexe. Seulement ceux-ci sont distribués d’une manière différente dans chaque être, de sorte que dans l’un prédomine le masculin, dans l’autre le féminin. Mais pour la Perfection il faut un équilibre harmonique total entre les deux principes, aucun ne doit prédominer et aucun ne doit manquer. Seulement alors l’état de Perfection est atteint, et donc un être parfait peut donc être asexué ou bien être appelé masculin et féminin ensemble. Le principe masculin doit s’être assimilé totalement à celui féminin et vice versa, alors seulement l’être correspond à Mon Être, il est devenu Mon Image. Cet équilibre harmonique peut être déjà atteint sur la Terre ou bien dans le Royaume de l’au-delà, lorsque l’être est exposé à une épreuve continue où il doit affirmer une fois le principe masculin, ensuite le principe féminin. Donc il est entièrement sans importance si un être est incorporé sur la Terre comme homme ou comme femme, parce que l’égalisation avec le principe opposé doit avoir lieu irrévocablement, mais cela ne doit pas être entendu d’une manière terrestre, c’est-à-dire que l’homme ou la femme doivent s’approprier la caractéristique de l’autre, car l’égalisation est une question purement spirituelle, une insertion dans l’Ordre de la Loi divine qui donc demande aussi une mesure différente de force de volonté et donc à l’un cela est plus facile, à l’autre plus difficile. Et ainsi de cela il résulte que sur la Terre il existe une séparation des sexes, mais dans le Règne spirituel l’être est entouré comme par une aura de sa forme terrestre, donc cela rend l’individu reconnaissable, de sorte qu’on peut parler d’une étroite union entre des êtres spirituels qui se sentent attirés du fait qu’ils sont dans le même degré de maturité, sans cependant pouvoir parler de liens entre sexes différents, parce que chacun est un être bisexuel parfait. Mais si l’équilibre harmonique des différents principes n’a pas encore eu lieu, alors les caractéristiques des différents sexes se manifestent davantage, chose qui s’exprime particulièrement dans ces sphères où le détachement de ce qui est terrestre-matériel ne s’est pas encore déroulé totalement. Mais dans les sphères les plus hautes de telles différences sexuelles n’existent pas, et donc il est erroné de parler de liens qui ressembleraient à ceux qui existent sur la Terre entre homme et femme, parce que la communion bienheureuse de deux êtres se base sur l’affinité spirituelle, sur le même degré de maturité et sur une totale harmonie spirituelle qui se rencontre toujours davantage dans ces êtres qui ont égalisé en eux les deux principes, et leur béatitude est donc inimaginable, lorsqu’ils entrent en union avec des êtres semblables pour créer et agir ensemble. Le chemin terrestre d’un être n’est ni avantageux ni désavantageux, si l’être est de sexe masculin ou féminin. La résistance contre Moi peut être également grande, et le dévouement à Moi peut être développé par les deux. La séparation du principe masculin et féminin est simplement une facilité pour chaque être pour entrer dans l’Ordre divin, donc pour accueillir toujours davantage les caractéristiques de la perfection. Et pour juger de cela, Ma Sagesse en est vraiment capable, et donc elle a donné à chaque être la forme qui lui offre la garantie d’atteindre le plus possible l’égalisation. La béatitude des êtres dans le Règne spirituel est incommensurable, lorsque les deux principes en lui sont arrivés à l’Ordre, et donc ils peuvent même s’identifier dans chaque être encore non libéré et les aider dans la lutte entre eux-mêmes et leur caractéristique, qui en tant que caractéristique anti-divine doit d’abord vraiment être ajustée. Et à nouveau dans le Royaume de l’au-delà la béatitude, même si elle ne peut pas être comparée, correspondra à la béatitude sur la Terre lorsque deux personnes s’unissent dans un amour sincère, lorsque des êtres semblables se rencontrent avec l’amour le plus profond l’un pour l’autre, cela préfigurera pour vous les hommes un mariage céleste. Cependant dans le Royaume des esprits bienheureux on ne peut plus employer des mesures terrestres ou des concepts terrestres, car là jaillit la plus grande béatitude au moyen de l’intime amour pour Moi, qui trouvera toujours de nouveau la Réponse de Ma Part. Amen