La résurrection de la chair

Révélation reçue par Bertha Dudde | 13 Juil 1954:

La volonté pour la Vérité garantit une juste pensée et une juste reconnaissance. Vous qui désirez la Vérité, vous recevrez la très pure Vérité et vous n’aurez à craindre aucune erreur et donc vous serez toujours bénis si vous voulez répandre la Vérité. Ce qui vous est encore peu clair, ce qui vous donne motif pour douter, soumettez-le-Moi pour que Je puisse vous instruire et vous éclairer. La doctrine de la résurrection de la chair, comme vous les hommes vous voudriez volontiers la comprendre, est caduque lorsque vous avez déjà pénétré un peu dans le savoir spirituel, dès que vous approchez de la Vérité et cherchez à expliquer spirituellement le sens de toutes Mes Paroles, parce que ce que Je vous ai promis est la Vérité qui reste inchangée dans l’éternité, mais le sens que vous cherchez à mettre, Je ne l’ai pas vraiment mis dans Ma Parole. Or saisir le sens spirituel de Mes Paroles est possible à chaque homme qui cherche seulement sérieusement la Vérité. Celui qui en demande la compréhension à Moi-Même, qui cherche à pénétrer dans la Vérité, reconnaîtra vite d’une manière claire et limpide le sens spirituel de Ma Parole et ne restera pas attaché à la lettre de la «résurrection de la chair….». Ces Paroles ont pour vous la même signification que la «vie après la mort….». Pour vous les hommes «vivre» signifie comme «marcher dans la chair….», tant que votre esprit n’est pas encore réveillé, tant que vous êtes étranger à ce qu’il faut vraiment entendre par «vivre». Les hommes qui ne croient pas dans une continuation de la vie, croient terminée leur existence avec la mort de leur corps. Pour eux «vivre» signifie demeurer dans une enveloppe corporelle ; mais ils savent qu’avec la mort ils perdent cette enveloppe, et ils ne croient pas dans une division tripartite : corps, âme et esprit. Pour eux il existe seulement le corps, la «chair», et avec sa mort pour eux le concept de «vie» est rayé. La Résurrection de la chair signifie pour eux la résurrection du corps. Avec cela ils entendent seulement leur enveloppe corporelle, et la «résurrection de la chair» est un enseignement difficile pour lequel il est demandé la foi des hommes. Il peut aussi être une bénédiction, si l’homme croit à travers cette doctrine dans une résurrection, dans une vie après la mort, parce qu’avec cette foi il change aussi son être et ce changement peut mener au réveil, au Rayonnement de Mon Esprit. Alors il comprend la Parole «Résurrection de la chair….». Alors il saisit son sens spirituel. Résurrection signifie se réveiller de la mort à la vie, s’élever d’un état de sommeil, sortir du noir et entrer dans la Lumière. Ainsi tout ce qui auparavant gisait caché dans le noir de la nuit entrera pour la première fois au grand jour. Tout cela renaîtra et se révélera, tout deviendra vivant, pour témoigner. Dans l’état de mort il ne se passe rien qui pourrait être affirmé, mais ce qui se produisait dans la vie, dans l’état où vous marchiez dans la chair sur la Terre, maintenant se manifeste, devient évident, renaît maintenant pour témoigner pour ou contre vous. Mais cela ne signifie pas que le corps charnel matériel s’élève de nouveau de la poussière, pour vous revêtir à nouveau pour une nouvelle vie, parce que ce corps de chair est seulement une enveloppe temporaire pour l’âme qui est impérissable, et ne peut pas mourir, bien qu’elle puisse être morte spirituellement à son décès de la Terre, toutefois dans le Règne de l’au-delà, elle peut encore se réveiller à la Vie, et là elle peut donc encore renaître si elle trouve Jésus-Christ, Lequel lui donne maintenant la «Vie». Même Jésus Christ a assumé la chair lorsqu’Il est venu sur la Terre et même cette chair devait subir la mort terrestre ; même Jésus est rené des morts, pour témoigner à vous les hommes que même votre âme peut renaître à la Vie éternelle. Mais en signe de la Vérité de Ses Paroles, Il a laissé renaître même Son Corps. Malgré cela ce n’était pas une résurrection de la chair, parce que Son Corps était spiritualisé. L’Âme avait revêtu l’Habit de l’Esprit et avait pris toutes les substances spirituelles du corps terrestre, parce qu’en raison de Sa Vie et de Sa mort il était déjà totalement spiritualisé, donc les substances matérielles du corps qui, à la base, sont purement des substances spirituelles, avaient atteint leur destination finale déjà sur la Terre et pouvaient ainsi s’unir avec l’Âme parce que Jésus le voulait ainsi, et devenir visible même pour Ses disciples pour la fortification de leur foi. Et vu que le spirituel parfait n’est pas lié au terrestre, Jésus pouvait s’élever dans des sphères spirituelles lorsqu’Il est monté au Ciel. Même vous les hommes après votre résurrection aurez un corps, un vêtement spirituel et justement celui-ci sera fait selon la chair, parce que «ce que vous avez semé, vous le ramasserez….» Si vous avez péché dans le corps, alors le vêtement de votre âme le révélera ; si vous avez accompli de bonnes œuvres dans l’amour, alors vous brillerez et donc vous serez reconnaissables. Mais votre âme ne mettra jamais plus le lourd vêtement terrestre qui était seulement pour le bref temps de son séjour terrestre. Celui qui connaît le sens et le but de la Création matérielle, du chemin de devenir du spirituel mort à travers la Création dans le but d’une remontée vers Moi, n’a pas besoin de telles explications, mais pour cela il doit pouvoir réfuter une doctrine qui est insensée au travers d’une fausse interprétation.

Mais si vous voulez absolument parler de résurrection de la «chair», alors contentez-vous de l’explication que Ma Parole renaîtra, pour témoigner pour ou contre vous. Je Suis la Parole devenu chair et Je viens près de chaque homme dans la Parole. Et lorsque sera arrivé le dernier jour, lorsque vous devrez tous paraître dans le Jugement, Ma Parole deviendra pour vous le Jugement, à vous qui avez accueilli Ma Parole et l’avez évaluée selon votre volonté. La chair renaîtra, parce qu’elle vous a été offerte en nourriture, vous deviez «manger» Ma «Chair» et «boire» Mon «Sang», vous deviez accueillir affamés Ma Parole et vous laisser fortifier. Vous devrez rendre compte devant Moi comment vous avez utilisé Mon Don d’Amour. Cette explication correspond aussi à la Vérité et elle doit vous pousser à être utile à votre vie dans la chair sur cette Terre en vous laissant nourrir et abreuver par Lui, qui Est la Parole Éternelle, Lequel a assumé la «Chair» pour vous. L’authentique Vérité brillera au travers de chaque explication, même si vous les hommes n’êtes pas pénétrés dans le savoir spirituel. Vous accueillerez volontairement chacune de Mes Explications si vous êtes d’esprit réveillé, parce qu’elles vous satisferont, tandis que la fausse interprétation de Ma Parole stimule en vous une volonté de refus et doit vous agiter, parce que cette fausse interprétation a son origine chez Mon adversaire, dont le but est de confondre les pensées des hommes, de les repousser loin de la Vérité et de leur enlever toute foi dans la continuation de la vie après la mort. Une telle fausse interprétation montre le bas état spirituel des hommes et aussi de ceux qui portent aux hommes Ma Parole et qui eux-mêmes n’ont pas encore pénétrés le sens de Mes Paroles. La lettre tue, seulement l’Esprit réveille à la Vie et vous tous devez demander cet Esprit, vous devez prier pour penser clairement et tendre vers la pure Vérité, et votre prière ne retentira pas en vain à Mes Oreilles. Amen

Extrait du Grand Évangile de Jean, Jacob Lorber:

Comme nous descendions toujours dans la vallée, Pierre M’interrogea encore, disant : « Seigneur, c’est tout de même étrange ! Élie s’est-il donc véritablement trouvé trois fois déjà sur cette terre, et à chaque fois, notons-le, dans la chair? Les deux premières fois, en tant que Séhel et plus tard Élie, il n’est pas mort, mais est monté directement au ciel avec son corps à coup sûr transfiguré, bien qu’il soit venu au monde du ventre d’une femme, tout comme la dernière fois ; et cette dernière fois, il a réellement perdu son corps. Mais qu’est-il advenu de ses deux corps précédents, et qu’adviendra-t-il de celui qu’il a à présent ? Quand tout sera accompli, aura-t-il trois corps dans Ton royaume des cieux ? Car il est bien écrit qu’au jour du Jugement dernier, les corps aussi ressusciteront et se réuniront à leur âme ! Comment devons-nous comprendre cela ? » Je dis : « A Césarée de Philippe et ici, dans ce village, Je vous ai déjà expliqué plus que clairement ce qui concerne la résurrection de la chair et le Jugement dernier. N’as-tu pas entendu Mes paroles ? Comment se fait-il que Je doive encore te le répéter ? Il est vrai que tu sais quelque chose, mais il te manque la vision d’ensemble, et la faute en est à ton judaïsme encore trop puissant, qui rend ton imagination extravagante et, malgré Mes explications, te fait encore tout prendre au pied de la lettre ! Adopte le bon point de vue et réfléchis à la vraie clarté de Ma très pure lumière, et tu n’auras plus besoin de poser des questions sur ce que tu aurais dû comprendre avant tout le monde !
Chaque jour d’une vie n’est-il pas le dernier, même pour un enfant qui vient de naître ? Et, à l’inverse, le jour de ta naissance, où tu étais plus jeune que jamais, n’est-il pas aujourd’hui pour toi le plus ancien ? La chair dont ton corps est fait à présent pourrira, retournera aux vers, aux plantes et à leurs âmes, et il en sortira des créatures tout à fait différentes, qui n’auront jamais plus rien à faire avec ton âme et ton esprit. Comprends bien ce que Je t’explique là. Pour ton âme, le dernier jour sera donc évidemment celui où tu seras enlevé à ton corps. » Quant à la résurrection de la chair, il faut entendre par là les bonnes œuvres de l’amour du prochain ! Ce sont elles qui deviendront la chair de l’âme et qui, à son dernier jour dans le monde des esprits, renaîtront avec elle à la vie éternelle, sous forme de corps éthérique concret, à l’appel des trompettes de Ma doctrine. Même si tu avais cent fois revêtu un corps terrestre, tu n’en auras jamais qu’un seul dans l’au-delà, et ce sera celui que J’ai dit. — As-tu compris maintenant ? » Pierre dit : « Oui, Seigneur et Maître, je le comprends plus clairement que jamais ! Cependant, il me revient encore un texte d’un prophète qui dit à peu près ceci : « Ce jour-là, tu verras ton Dieu dans la chair ; aussi, garde ta chair pure et ne la rends pas impure par toutes sortes de péchés, car, avec une chair pécheresse, tu ne contempleras jamais la face de Dieu. » Voilà en substance ce que dit ce texte, et il est difficile à un entendement humain d’y découvrir autre chose. Comment faut-il donc l’entendre dans son vrai sens ? » Je dis : « Exactement comme Je viens de le dire ! « Tu verras Dieu dans ta chair » signifie que tu verras ton Dieu dans tes bonnes œuvres accomplies selon Sa volonté, que tu connais bien, parce que seules les œuvres accomplies par l’âme avec son corps, qui ne lui a été donné que comme instrument, rendent cette âme noble, ou le contraire, aux yeux de Dieu : des œuvres pures donnent la pureté, des œuvres impures, l’impureté. Des pensées pures selon la pure connaissance, et même une conduite chaste et pure par ailleurs, mais ne s’accompagnant d’aucune, ou de trop peu, des œuvres de l’amour du prochain, ne suffisent pas, loin s’en faut, à procurer à l’âme un corps spirituel, donc la vision de Dieu. Car celui dont l’âme est encore aveugle en ce qu’elle ne comprend pas que ce n’est pas la connaissance seule, mais bien et avant tout les œuvres accomplies selon la pure connaissance et la foi qui donnent à l’âme une vraie consistance, celui-là est encore bien misérable, et pareil à un homme qui saurait fort bien comment construire une maison et posséderait même en quantité les meilleurs matériaux, mais ne pourrait se résoudre à se mettre au travail. Cet homme-là aura-t-il un jour une maison où se mettre à l’abri des éléments déchaînés, quand viendront l’hiver et les tempêtes ? À quoi te servira-t-il, dans la tempête, de savoir très exactement comment bâtir une maison dont les murs défient si bien les tempêtes que ses habitants s’y sentent en parfaite sûreté, si tu n’as pas de maison et n’as plus le temps d’en atteindre une autre dans le grand désert de ta vie ? Oui, Mes très chers, même la plus pure connaissance et la foi ne sont pas des murs solides capables de vous protéger à l’heure des tempêtes ; seules les œuvres du véritable amour du prochain sont et peuvent cela. Elles sont le véritable et durable corps de l’âme, sa demeure, sa patrie et son monde. Notez bien cela, non pas seulement pour vous, mais avant tout pour ceux à qui vous prêcherez cet évangile après Moi ! Quand ils connaîtront la parole du salut et y croiront, exhortez-les à œuvrer véritablement selon cet amour du prochain que Je vous ai si souvent demandé ! Car en vérité Je vous le dis, si quelqu’un prétend aimer Dieu par-dessus tout, mais ne prête pas attention à la misère de son frère, il ne verra jamais Dieu dans la chair ! Les Pharisiens et docteurs de la loi disent aussi qu’ils servent Dieu au sens le plus pur, et que, par leurs prières et leurs offrandes, ils réconcilient sans cesse l’humanité pécheresse avec Lui ; mais en échange, ils dépouillent le peuple, et l’on ne saurait parler à leur propos d’amour du prochain. Et quel bien tout cela fait-il ? Aucun, ni aux Pharisiens, ni au peuple ! Car, premièrement, Dieu n’a jamais eu besoin des services d’un homme, et encore moins de l’holocauste d’un quelconque animal. Mais le sacrifice qu’on Lui offre dans les œuvres du véritable amour du prochain, celui-là, II le considère avec satisfaction et ne manque pas de le bénir. — Comprends-tu à présent, Pierre, ce que signifie « voir Dieu dans sa chair » ? »