Fixation du destin par la Volonté divine – Garantie pour le plus grand mûrissement

Révélation de Jésus Christ reçue par Bertha Dudde | 20 avril 1940 :

En version audio

C’est la Volonté du Seigneur que tout ce qui vit se subordonne à Sa Loi et il ne peut ainsi rien se passer qui ne porte en soi la Volonté divine, pour autant qu’il s’agisse de processus qui se déroulent dans l’homme selon leur destin dans le but de la vie intérieure. La volonté de l’homme ne peut jamais s’opposer à la Volonté divine, il ne les réussira jamais à suspendre ou à changer ce que Dieu a déterminé, parce que cela n’est pas dans son pouvoir. La volonté de l’homme doit s’adapter, elle doit d’une certaine manière se déclarer d’accord, même si cela ne correspond pas à sa volonté, parce que pour lui cette contrainte signifie une garantie de pouvoir atteindre le but le plus haut, c’est-à-dire qu’avec cela lui sont données toutes les possibilités pour se développer vers le Haut. Mais le fait de les utiliser dépend uniquement de sa volonté, et si l’homme pouvait former tout seul lui-même son destin cette garantie ne serait pas donnée, parce qu’il lui manque la connaissance de ce qui manque à son esprit et sous quelle forme il peut atteindre la libération. Donc Dieu Lui-même a déterminé le destin de chaque individu et Il l’a formé de sorte qu’il ne puisse pas agir contre Sa Volonté dans l’incompréhension ou dans la volonté de rébellion. Ainsi le Créateur divin annonce avec Ses Lois la Providence la plus affectueuse pour Ses créatures ; Sa Sagesse reconnaît l’état de chaque individu et cherche à procurer à chacun les moyens d’Aide les plus grands possibles toujours à travers les dispositions du destin pour qu’ils garantissent un progrès spirituel. Que maintenant beaucoup d’occasions restent inutiles, cela ne dépend pas de la Volonté du Créateur, mais seulement de l’homme lui-même, lorsqu’il donne trop peu de considération à la vie de son âme. Mais même si à cet homme la vie pouvait être accordée sous une autre forme, il ne l’utiliserait jamais pour le salut de son âme, donc il ne doit jamais considérer l’état immature de son âme comme une conséquence de son destin terrestre, parce que même si Dieu voulait lui donner la liberté de former tout seul ce destin, il resterait arrêté sur la même marche, vu que sa volonté ne tend pas vers le Haut. La même chose vaut pour ces êtres qui, dans la pleine possession de leur volonté, vivent dans le monde de l’au-delà et donc sont indépendants de toute lourdeur terrestre. Même à eux il a été donné une certaine Loi à laquelle ils doivent se plier. Ils peuvent, lorsqu’ils sont parfaits, seulement vouloir ce que Dieu veut. Dans l’état d’imperfection, un être dans l’au-delà, vraiment comme dans la vie terrestre, a un sort qui contribue à la réalisation de la purification, de la connaissance et de la promotion de l’âme. De nouveau seulement la Volonté divine est en vigueur et de nouveau il est laissé libre de subordonner sa volonté, à la Volonté divine ou bien de se rebeller, mais ils ne peuvent jamais changer cette Volonté ou bien la rendre inefficace sur elle. Une Volonté gouverne tout. Elle rachète tout ce qui se soumet à cette Volonté par sa poussée, mais damnés sont les êtres qui veulent combattre contre la Volonté divine, parce que ce projet se terminera seulement avec le naufrage. Jamais et encore jamais la Volonté divine ne peut être exclue. Même là où la volonté de l’homme est à l’œuvre pour accomplir des choses qui sont en contradiction avec la Volonté divine, c’est toujours seulement au travers de la Concession de Dieu, pour apporter de nouveau avec cela le salut à des âmes de l’oppression spirituelle, mais il ne pourrait jamais se passer quelque chose qui serait totalement contre Sa Volonté, parce que Sa Sagesse, Son Amour et Son Omnipotence voudront toujours seulement ce qui est pour le meilleur de chaque être créé. Donc aucun être ne pourra s’opposer à Cette Volonté. Seulement la formation spirituelle est laissée libre à chaque être. Sur celle-ci le Créateur n’exerce pas la moindre contrainte et donc l’être peut employer sa libre volonté selon son vrai consentement.

Amen